AccueilRechercherS'enregistrerConnexion


 

Partagez
 

 Let's pretend everything's fine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bryan R. McCauley

Bryan R. McCauley

http://snowflake-lane.forumactif.com/t938-bryan-when-the-light-comes-through-darkness https://snowflake-lane.forumsrpg.com/t931-bryan-when-the-light-c
Let's pretend everything's fine Tumblr_mp2cr7I9pL1qk2n9zo2_250 ◗ CELEBRITE : Daniel Sharman
◗ CREDITS : Avatar: ©lokiddles ; Signa: ©wild heart
◗ ÂGE : 28
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : étudiant en biologie
◗ ADRESSE : 98 Snowflake Lane, welcome to McCauley's
◗ MESSAGES : 193
◗ POINTS : 1205
◗ CURRENTLY : Aaron || Let's pretend everything's fine
Zola || What's going on
Intrigue du 31 au supermarché
Jona || I miss you
McCauley's ♥️ || Repas dominical...
0/3 dispo

Let's pretend everything's fine Empty
MessageSujet: Let's pretend everything's fine   Let's pretend everything's fine EmptySam 12 Oct - 17:08


Aaron & Bryan



« Lift me up. Don't force me down.
I've already been in the bottom. »


Une journée de plus de fichue, une journée de cours foutue en l'air pour suivre cette fichue thérapie. Bryan a horreur de venir là, cela le fatigue bien plus que la maladie même. Mais s'il veut retarder son évolution, s'il veut que cela ne se voie pas sur lui, ou le moins possible, il n'a pas le choix. Ses études sont importantes pour lui, elles sont son but dans la vie, ce qui lui permet de garder un semblant de vie sociale, de garder un espoir et de se sentir utile au vu de ce qu'il ambitionne de devenir, même s'il sait au fond de lui qu'il y a des chances qu'il ne vive pas jusque-là. Ces heures passées à l'hôpital l'obligent à manquer pas mal d'heures de cours, et il cumule ainsi du retard, il doit de ce fait bosser encore plus pour le rattraper. Les heures de sommeil se font rares, ce qui n'aide pas à masquer son état parfois plus faible qu'à l'ordinaire.

Cela ne fait qu'une dizaine de mois qu'il est à Winnipeg, il a dû réapprendre à connaître le personnel soignant de l'hôpital de la ville, alors qu'il avait fini par se lier avec celui de Toronto. Ce n'est jamais évident, surtout pour lui qui a tant de mal à parler de sa maladie. Il a toujours cette appréhension qu'on le juge. Entre le sida et la réputation qui suit son nom de famille, réputation créée par ses deux frères ainés, il est facile d'aller vite en conclusion. Chaque fois, Bryan doit batailler pour se justifier et expliquer qu'il n'est pas comme eux, qu'il est différent. Oui, il a fait une seule fois une exception, il voulait faire plaisir à Aaron, cela lui a été fatal. « Vous avez meilleure mine aujourd'hui, monsieur McCauley, mais vous semblez tout de même bien fatigué. Vous devriez vraiment songer à vous ménager un peu, à ce rythme-là, vous ne tiendrez pas. » Pas encore de Bryan, encore des monsieur McCauley, mais depuis plusieurs semaines, le ton se fait plus amical, moins solennel et professionnel, enfin ils semblent être passé outre les aprioris. « Promis, j'essaierai, mais j'ai mes études... » De son côté, l'étudiant en biologie commence à leur faire vraiment confiance, même si on est encore loin du lien qui existait entre lui et les médecins de Toronto.

Il a promis, mais il sait qu'il ne tiendra pas sa promesse, là, bien qu'exténué par le traitement et cette journée, il n'a qu'une hâte, rentrer au 98 Snowflake Lane, s'enfermer dans l'une des cinq chambres que la villa contient et s'asseoir devant le bureau de sa chambre, pour rattraper le retard encore pris. Il a obtenu sa licence pas de justesse, mais pas avec une marge très élevée, maintenant qu'il est en route pour le master, ca se corse encore, et il n'est pas certain d'avoir suffisamment d'années devant lui pour se permettre d'en rater une seule. Alors il attrape ses affaires et sa veste dans un mouvement qui se veut rapide, adresse un sourire poli à l'infirmière « À la semaine prochaine alors ! » Puis il déambule dans les couloirs en direction de la sortie avec un semblant de satisfaction, il n'aura plus à venir au St Boniface hospital avant une semaine pour la visite hebdomadaire, signe qu'il ne se porte pas trop mal en ce moment. Dans les plus mauvaises périodes, il peut lui arriver de devoir y aller deux à trois fois en une seule semaine. Ce qui lui fait perdre son sourire, c'est de tomber pratiquement nez à nez avec Aaron en sortant du bâtiment.

Bryan baisse la tête, regarde vers le trottoir et tente de passer inaperçu. Peine perdue, il s'en doute bien, mais il essaie tout de même de partir dans la direction opposée de celle d'où arrive son frère, quitte à faire un sacré détour pour rentrer chez eux. Personne n'est au courant pour lui, il cache ce lourd secret depuis de nombreuses années, même à Amber avec qui il est pourtant très complice, voir son confident. Il a bien failli le dire une fois, l'année dernière, c'était à Sean, quand il a été interrompu par l'appel de leur ainé leur annonçant l'incendie de leur maison. Il ne leur dit rien, car il a peur de se faire rejeter par eux. Ils sont proches, c'est vrai, mais le sont-ils suffisamment pour passer outre la maladie du benjamin ? Bryan n'en est pas certain, et il n'a pour le moment, pas très envie de tester leur force. Alors forcément, croiser Aaron juste ici, comme par hasard, ça ne lui plait guère, il va devoir s'expliquer, et donc mentir, et il déteste devoir lui mentir, leur mentir. Ne rien avoir à dire, c'est bien plus facile. Lâche, Bryan ? Oui, sans doute un peu.

©CeL

_________________
⊹ Si la liberté grise, la famille rassure.
En famille on n'est jamais seul à posséder son univers, à se posséder ! En famille on est toujours là pour quelqu'un !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Anonymous


Let's pretend everything's fine Empty
MessageSujet: Re: Let's pretend everything's fine   Let's pretend everything's fine EmptyMer 16 Oct - 23:57





Let's pretend everything's fine...


Il était aux alentours de onze heures quand Aaron ouvrit l’œil, gueule de bois et mal de crâne abominable, ça aurait dû lui servir de leçon la première fois mais il fallait croire que ce garçon aimait l’autoflagellation car c’était à peu près son état quotidien au réveil. Tous les soirs se ressemblaient plus ou moins, qu’ils passent la fin de soirée au bar avec ses collègues à s’enfiler des shots ou sur le canapé à vider le stock de bières avec Sean et Harrison, le résultat était toujours le même, il s’écroulait ivre mort sur son lit. Mais aujourd’hui, il avait une petite course à faire en ville, alors il était plus que temps de se bouger s’il ne voulait pas avoir à courir avant d’aller prendre son service au King’s Head. Il se leva péniblement, trainant son mal comme un boulet jusqu’à sa salle de bain privée. Après s’être presque endormi debout, bercé par l’eau qui tombait d’un trait continu le long de son corps engourdi par la boisson, il finit par s’habiller et se préparer. Bien entendu, il ne se souvenait plus où il avait posé ses clés de voiture. Habituellement, elle trainait toujours sur le bar de la cuisine mais il était incapable de mettre la main dessus. Qu’avait-il donc fait hier soir en rentrant ? Il les avait en rentrant, et… le canapé. Aaron s’approcha en silence du salon et découvrir Sean endormi sur le canapé, un filet de bave humidifiant le coussin sur lequel il avait enfoncé sa tête. « Ne jamais plus toucher ce coussin » soulignât-il en poussant son frère afin d’y récupérer son jeu de clés tomber entre l’accoudoir et le siège. Hallelujah, il était fin prêt à quitter le domicile familial. Il ébouriffa les cheveux de sa petite sœur, la tête dans son paquet de céréales, qui lui lança un regard noir en guise de réponse, et s’en alla vaquer à ses occupations.

Le quartier était désert, les habitants de Snowflake Lake devaient tous déjà être au travail, et ce n’était pas pour lui déplaire. Autant il aimait les grosses soirées, la fête et impressionner la galerie, autant il appréciait le calme en journée. Il se plaisait à faire ronronner le moteur de son bolide et rouler à vive allure, sans craindre qu’un gosse sorte jouer au ballon quelques maisons plus loin ou qu’une vieille dame fatiguée n’ait plus la force de contenir son chien enragé et le laisse s’échapper. Il était tranquille, seul, et ça lui faisait du bien. Souvent il prenait du temps pour aller marcher un peu, se vider l’esprit, ça lui permettait de réfléchir un peu. Et Dieu seul savait qu’en ce moment, il était perdu. Il jouait son rôle de leader, de fêtard de première, mais une part de lui sentait qu’il ne s’épanouissait plus de cette manière, qu’il n’y prenait plus autant de plaisir, qu’il avait envie d’autre chose. Chaque jour, ses balades deviennent plus longues, ce besoin de tranquillité se faisait plus important encore. En vérité, il s’assagissait et ça avait le don de l’effrayer. Il n’était pas sûr d’être prêt à une vie rangée, il n’avait toujours connu que la débauche et les excès, tout dans sa vie l’avait toujours ramené à la dépravation, à l’alcool, la drogue, le sexe. Alors il marchait, déambulait dans les rues de Winnipeg afin d’essayer d’y voir plus clair, souvent en vain. Toujours il ralentissait en passant devant le Saint-James Café, essayant d’y apercevoir la jolie Parker à travers la vitre, puis il continuait son chemin, se persuadant qu’il n’était pas celui qu’il lui fallait et qu’il était loin de ce qu’elle attendait d’un homme. Il essayait de se convaincre encore et toujours, mais rien n’y faisait. Surtout, il n’osait en parler à personne car qui voudrait entendre du roi de la nuit qu’il n’a plus envie. Personne. Il n’avait pas envie de décevoir, il avait envie qu’on l’admire, c’était devenu un besoin, il avait l’impression d’exister un peu plus.

Ca faisait maintenant une bonne demi-heure qu’il avait entrepris sa remise en question et il était temps de rentrer, Sean allait se réveiller et il comptait bien lui apporter un petit déjeuner royal. Le pauvre n’avait pas franchement le moral depuis sa rupture avec Jona il y a quelques mois, il n’avait pas réussi à passer à autre chose, du moins pas complètement et il avait tendance à déprimer. Aujourd’hui, Aaron allait faire en sorte que ça ne soit pas le cas. Ils allaient s’en mettre plein la panse puis il allait le forcer à l’accompagner au bar pour qu’il fasse la connaissance de jolies jeunes femmes. Tel était son plan. Arrivé devant l’hôpital cependant, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il aperçut le cadet de ses frères sortir de l’aile nord. Il s’arrêta l’espace de quelques secondes, abasourdi de le voir ici. « Bryan ?? » cria-‘il, voyant le brun s’éloigner, comme s’il le fuyait. Il l’avait vu pourtant, c’était sûr. Visiblement, son frère feignait de ne pas le voir, et les secrets, Aaron n’aimait pas ça. Cette famille en avait connu beaucoup trop. Il cria plus fort « Bryan McCauley, je sais que tu m’as vu ! BRYAN !!! » Il ne pouvait plus faire semblant à présent, les passants s’étaient tous retournés, figés, en même temps que l’écho de sa voix finissait de résonner. Il s’approcha de son frère et lui envoya un coup de poing dans l’épaule en guise de salutations assortie des représailles pour l’avoir ignoré délibérément. « Alors, on ne dit pas bonjour à son frangin maintenant ? Voilà qui fait plaisir ! » Continua-t’‘il avec un sourire narquois. Ils étaient tous les deux au milieu de la rue, et suscitaient la curiosité des quelques personnes autour. Aaron avait donné un tel spectacle qu’il était difficile de les blamer.
(c) B-NET


Dernière édition par Aaron C. McCauley le Sam 7 Déc - 6:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bryan R. McCauley

Bryan R. McCauley

http://snowflake-lane.forumactif.com/t938-bryan-when-the-light-comes-through-darkness https://snowflake-lane.forumsrpg.com/t931-bryan-when-the-light-c
Let's pretend everything's fine Tumblr_mp2cr7I9pL1qk2n9zo2_250 ◗ CELEBRITE : Daniel Sharman
◗ CREDITS : Avatar: ©lokiddles ; Signa: ©wild heart
◗ ÂGE : 28
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : étudiant en biologie
◗ ADRESSE : 98 Snowflake Lane, welcome to McCauley's
◗ MESSAGES : 193
◗ POINTS : 1205
◗ CURRENTLY : Aaron || Let's pretend everything's fine
Zola || What's going on
Intrigue du 31 au supermarché
Jona || I miss you
McCauley's ♥️ || Repas dominical...
0/3 dispo

Let's pretend everything's fine Empty
MessageSujet: Re: Let's pretend everything's fine   Let's pretend everything's fine EmptyDim 24 Nov - 13:22


Aaron & Bryan



« Lift me up. Don't force me down.
I've already been in the bottom. »


Ce secret est un lourd fardeau pour le benjamin des garçons McCauley. Tout serait probablement plus simple s’il prenait la peine de se confier à sa fratrie. Mais Bryan a honte, il n’arrive pas à se résoudre à leur dire. La seule et unique fois où il était à deux doigts de franchir cette étape, un coup de téléphone qui a bouleversé leur vie, l’en a empêché. Il n’est pas spécialement croyant ou même superstitieux, mais il a pris cela comme un signe qu’il devait continuer à se taire, ce qu’il fait donc encore et toujours, même si cela lui pèse au quotidien. C’est dur de mentir à sa famille, d’autant qu’ils sont proches, et qu’il les aime. « Et merde ! » Évidemment, comme il le craignait, Aaron l’a remarqué. Au vu du volume sonore employé par ce dernier pour se faire entendre, impossible de l’éviter plus longuement. Le jeune s’arrête donc, de toute façon, il n’a pas d’autre choix, son frère l’ayant rattrapé et lui collant un adorable coup de poing dans le bras en guise de salutation. « Mais bien le bonjour à toi cher grand frère. » Emploi un ton sarcastique, mais fait l’impasse sur les représailles, n’a vraiment pas envie de se justifier, du moins pas immédiatement, car il se doute bien qu’il n’échappera pas aux questions d’Aaron.

Autour d’eux, les quelques passants présents n’ont pas encore tous repris leur chemin. Parfait, Bryan va pouvoir esquiver le regard inquisiteur de son ainé et faire diversion. « Vous voulez notre photo ? Circuler, y'a rien à voir ! » Agressif, il ne l’est pourtant pas vraiment, cela ne fait pas partie de sa nature profonde, mais la maladie, les visites régulières à l’hôpital, et le stress de tomber nez à nez avec un membre de sa famille en sortant de là s’ajoutant au reste, le rend particulièrement à cran. Il sait qu’il doit éviter de se montrer comme cela, mais malheureusement il a extrêmement du mal à contrôler ses sautes d’humeur. Il piétine, regarde ailleurs, cherchant désespérément un moyen de se sortir de ce mauvais pas. « Dis voir, c’est étonnant de te voir te balader dans les rues de la ville si tôt... » Ton toujours très sarcastique, la journée est déjà bien avancée, mais il connait son frère, et tous les jours c’est la même chose avec lui, beuverie en soirée, réveils difficiles et surtout tard en journée. Il n’est donc que rarement coutume de voir Aaron McCauley déambuler dans Winnipeg au beau milieu de l’après-midi. Ce qui a accentué l’étonnement de son cadet de le croiser à la sortie du saint Boniface-hôpital. Lui qui pensait n’avoir rien à craindre de ce côté, vient d’avoir un beau revers de médaille. Voilà ce qui arrive à vouloir cacher des choses importantes aux yeux de sa propre famille.

Bryan se passe une main dans les cheveux et se mordille la lèvre, petite manie dont il n’arrive à se défaire quand il est nerveux et mal à l’aise. Ne peut toujours pas regarder son frère dans les yeux, mais a enfin trouvé un prétexte pour pouvoir éventuellement fausser compagnie à Aaron, tout du moins si ce dernier daigne le laisser partir. « Écoute, ce n’est pas que je n’aime pas ta compagnie, tu le sais, mais il faut que j’aille en cours, je vais rater le début du cours de biologie et j’y ai un devoir à rendre vois-tu. » Demi-mensonge seulement. Il a effectivement son cours qui ne devrait plus tarder à débuter, mais il n’a aucun devoir à y rendre cette fois-ci. Même si Bryan espérait pouvoir ne pas rater cette heure dont au final il avait décidé de faire l’impasse en rentrant chez lui, il est excusé, personne ne s’inquiétera de son absence, il avait prévenu. Chaque fois qu’il a ses séances à l’hôpital, il est obligé de se porter absent pour la journée entière ne sachant à l’avance le temps que cela prendra, puisque cela dépend de son état physique du moment. Il est d’ailleurs particulièrement exténué aujourd’hui, les cernes sous ses grands yeux bleus sont là pour en attester. Il n’était pas en forme en arrivant le matin, mais les examens l’ont fatigué bien plus encore.

©CeL

_________________
⊹ Si la liberté grise, la famille rassure.
En famille on n'est jamais seul à posséder son univers, à se posséder ! En famille on est toujours là pour quelqu'un !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Anonymous


Let's pretend everything's fine Empty
MessageSujet: Re: Let's pretend everything's fine   Let's pretend everything's fine EmptySam 21 Déc - 4:13


Bryan&Aaron ◮ Let's pretend everything's fine.
Finalement, Bryan n’avait eu d’autre choix que de s’arrêter face à son frère, à la fois curieux, amusé et suspicieux de le rencontrer ici, devant l’hôpital. Que pouvait-il bien faire ici ? Est-ce qu’il avait mis une fille enceinte ? Oh non, ça ne pouvait pas être possible, pas Bryan, c’était le plus sage de la famille… Enfin de nos jours, ça arrive vite ce genre de choses. Le gamin avait l’air de mauvaise humeur, son sarcasme faisant sourire l’aîné. Pour une fois, le petit se rebellait, c’était à noter dans les annales. Encore plus après qu’il ait hurlé sur les gens autour, mais que lui arrivait-il ? Sûrement avait-il dû se lever du pied gauche, Aaron n’en croyait pas ses yeux de voir son frère dans un tel état de nerf. Evidemment, la probabilité pour que les deux frangins McCauley se croisent à ce moment-là de la journée, ici devant l’hôpital était presque nulle et pourtant, voilà qu’ils étaient devant le fait accompli. « J’avais besoin de marcher, de réfléchir… Enfin tu vois, visiblement on a tous nos petits secrets. » Termina-t-il en montrant le bâtiment derrière eux. Bryan lui cachait quelque chose et il comptait bien découvrir de quoi il s’agissait. Les bras croisés sur le torse, Aaron avait adopté une posture pour le moins paternelle, celle de celui qui attend qu’on lui rende des comptes, et surtout de recevoir des explications, pourvu qu’elles soient bonnes. Plantant son regard accusateur sur son frère, Aaron eut bien du mal à capter celui de son frère. Fuyant, il avait surtout l’air d’avoir envie de fuir et d’éviter d’avoir à répondre de ses actes. C’était bien mal connaître Aaron, il ne lâcherait pas le morceau jusqu’à ce que la vérité éclate, qu’elle fasse mal ou non. Il avait réussi à percer à jour sa sœur il y a quelque temps, il l’avait poussé dans ses retranchements au point qu’elle n’ait plus d’autre choix que de lui avouer son plus lourd secret, alors autant dire que quel que soit ce que Bryan avait à cacher, ça ne devait être que futilité, il n’en ferait qu’une bouchée.

Tandis que son frère cherchait un prétexte pour s’en aller, le barman ne comptait pas en rester là. Il avait encore de la marge par rapport à son service, et il allait exploiter ce temps libre pour tirer les vers du nez de son frangin. « Pas si vite jeune homme, ça ne marche pas avec moi, tu devrais le savoir. » Attrapant le bras de son frère comme s’il s’agissait d’un enfant qui venait de faire une bêtise, il l’entraina avec lui jusqu’au coin de la rue avant de le pousser pour qu’il avance sans rechigner. « T’as vraiment une sale tête Brybry, t’as des soucis en ce moment ? Sans déconner, tu sais bien que tu peux tout me dire… » Il imaginait déjà son petit frère paniqué à l’idée de devoir épauler sa copine secrète dans sa grossesse, aller acheter des couches et ne pas savoir quel lait en poudre choisir pour le nourrisson. Quelque part, rien que de penser à la paternité pour son frère lui mettait un coup… Le petit papa ? Ça serait vraiment dramatique, il n’était pas prêt, et puis il ne connaissait même pas sa copine, il ne l’avait présentée à personne, c’était trop. « Qu’est-ce que tu foutais à l’hôpital ? C’est à propos d’une fille ? Tu sais qu’on a de l’argent, on peut s’occuper de ses frais… Mais faut que tu m’en parles frérot ! » Les soucis s’accumulaient chez les McCauley en ce moment, et Aaron avait le don de vouloir tout gérer pour que ses frères et sœur n’aient pas à supporter plus de malheur qu’ils n’en connaissaient déjà. Depuis la disparition tragique de leurs parents, et bien qu’il soit quelqu’un de très colérique et pour le moins prétentieux, l’amour qu’il avait pour les siens était plus fort que tout. Savoir que l’un d’eux ne se sentait pas bien le rendait fou, alors il prenait tout sur lui, du moins il essayait. Ainsi, sans vraiment le réaliser, il recommençait le même schéma encore et encore, si Bryan avait un problème, il s’en occuperait personnellement et laisserait son petit frère reprendre sa vie. « Je vais m’occuper de tout Bryan, je vais tout arranger, dis-moi simplement ce qui se passe. »
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Let's pretend everything's fine Empty
MessageSujet: Re: Let's pretend everything's fine   Let's pretend everything's fine Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's pretend everything's fine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» {fini} I've been doing just fine - Kiran ft. Haileen
» Citadel Finecast
» Don't Worry, I'm Fine
» On ne tase pas les esquimaux ! [Darcy & La fine équipe!]
» there's a fine line between genius and insanity + (luna)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOWFLAKE LANE :: WE LOVE TO FLOOD :: the archives :: Les RPs & formsprings-