AccueilRechercherS'enregistrerConnexion


 

Partagez
 

 Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dylan A. Turner


Feuille de personnage
► AGE:
► RELATIONSHIPS:
Dylan A. Turner

http://snowflake-lane.forumactif.com/t1459-dylan-dorenavant-je-veux-quon-mappelle-sid-prince-des-flammes#29245 https://snowflake-lane.forumsrpg.com/t1453-dylan-sid-mais-toi-au
Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Tumblr_n17b6mS1V51rsq3ibo2_250 ◗ CELEBRITE : Nico Mirallegro
◗ CREDITS : © tumblr
◗ ÂGE : 28
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : Ex sportif en reconversion forcée
◗ MESSAGES : 92
◗ POINTS : 268
◗ CURRENTLY : On part à la recherche du Yéti?, feat Benji & Mimi.

Jusqu'à nos retrouvailles, feat Léo.

Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Empty
MessageSujet: Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo.   Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. EmptySam 29 Mar - 11:22



Jusqu'à nos retrouvailles
ft. Léo


"Tu es sûr que tu ne veux pas que je t'accompagne?"

Dylan leva les yeux au ciel et se contenta de secouer la tête avant d'ouvrir la portière de la voiture. Décidément, Mila est définitivement une mère poule! Mais dans le fond, il a apprécie vraiment qu'elle soit toujours à ses côtés et qu'elle accepte de le conduire partout...bien qu'il suspecte sa meilleure amie de beaucoup trop aimer lui emprunter ses voitures hors de prix! Aujourd'hui, Dylan est de sortie, chose rare ses temps ci. Il doit encore se soumettre à quelques contrôles de routine à cause des blessures que l'accident de voiture lui a infligé quelques mois plus tôt. Normalement tout devrait bien aller...ou du moins assez bien, sachant qu'il n'a pas encore réellement digéré le fait d'être à présent sourd et quasi muet. Oui, sa voix n'est pas encore revenue et autant dire que Dylan refuse de parler, ce qui serait du au stress et au contre coup de l'accident, dixit son psy. Oui, depuis ce tragique évènement, Dylan a l'impression d'étouffer, constamment entouré par des gens, que ce soit ses parents, son psy, sa meilleure amie ou encore ses médecins. Le fait qu'il ne puisse plus bosser lui pèse beaucoup et il n'arrive pas à se faire à l'idée de ne plus pouvoir jouer au foot. En fait, il refuse carrément de l'accepter, c'est simple: Sourd ou non, il veut jouer à nouveau, faire partie d'une équipe. Gagner. Il se fiche pas mal de ne plus être capable d'entendre la foule hurler! Dylan sait qu'il devra travailler dix, vingt fois plus dur que la normale, mais est finalement prêt à le faire. C'est donc le moral légèrement regonflé par cette promesse d'avenir que Dylan fit son entrée dans l'hôpital. Le premier regard qu'il croisa fut celui de l'hôtesse d'accueil, Karen. Il lui sourit et fut amusé de la voir quitter son poste pour foncer le prendre dans ses bras. Durant sa convalescence, Dylan avait été obligé par ses médecins de marcher souvent, histoire de ne pas laisser ses muscles se figer. Alors durant des jours et des jours, il avait passé des heures à déambuler dans les couloirs de l'hôpital: C'est là qu'il avait fait la connaissance de Karen. Elle, elle se fichait complètement du fait qu'il soit sourd et passait son temps à lui donner des livres à lire, ainsi que des magazines, quand elle ne lui montrait pas des photos de ses enfants et petits enfants. Dylan adorait Karen et il se rendit aujourd'hui compte qu'elle lui avait vraiment manqué.

Et bien qu'il aurait souhaité rester un peu plus longtemps auprès de sa grand-mère de coeur, Dylan avait un rendez-vous bien précis. Un rendez-vous avec Léo, le médecin qu'on lui avait assigné le jour même de son arrivée en urgence à l'hôpital. Durant tous les mois qui ont suivi son accident, Léo a sans doute été la personne que Dylan a le plus vu -sans compter Mila qui refusait souvent de le quitter et qui faisait parfois des caprices, souhaitant rester même avec lui la nuit au cas où il ait envie de faire une connerie-, Léo avait supporté sans broncher les sautes d'humeur de Dylan qui ne supportait pas de ne plus pouvoir entendre et de ne plus pouvoir bouger. Au jour d'aujourd'hui, Dylan voit en Léo celui qui lui a sauvé la vie, parce que justement il ne l'a pas lâché en cours de route. Et ce qui, dans le fond, lui fiche le plus la trouille, c'est de se rendre compte qu'il comptait beaucoup trop sur son médecin, qu'il s'y était même attaché. Des liens devaient se créer, c'était obligé...Mais pas aussi fort. Pas en aussi peu de temps. "Si il te plait, invite le à sortir!", lui avait souvent répété Mila, qui apparemment dans sa tête, les voyait déjà acheter une maison, se marier et adopter des tas de gamins. Mais voilà, Dylan n'avait jamais osé faire quoi que ce soit, non seulement parce qu'il n'était pas prêt, mais aussi parce qu'il avait cette boule au ventre, cette peur d'être rejeter et de dépasser les limites imposées par la relation médecin/patient.

Soudain, Karen lui tendit un papier, ce qui le fit sortir de ses pensées. Elle ne devait sans doute pas savoir que depuis le temps, il avait appris bien malgré lui à lire sur les lèvres en plus du langage des signes. "J'ai appelé le docteur Jones. Il arrive."
Dylan hocha simplement la tête et souffla. Son coeur se mit à battre légèrement plus fort et il serra les poings. Décidément, tout ça était loin d'être gagné!

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

And no matter how crap my life was, no matter how much I didn’t fit in at college, no matter what, when I had his lips, I had his kiss. And so long as I had that, I knew everything would be okay.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Léo H. Jones

Léo H. Jones

Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Tumblr_mpom7ukDRU1r0cefco8_250 ◗ CELEBRITE : Will Higginson.
◗ CREDITS : © waiting for jesus (avatar).
◗ ÂGE : 31
◗ STATUT : Célibataire mais étrangement attiré par un de ses patients.
◗ EMPLOI, ETUDES : Interne à St Boniface Hospital, dans l'espoir de devenir un jour chirurgien.
◗ MESSAGES : 26
◗ POINTS : 193
◗ CURRENTLY : topic #1

Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Empty
MessageSujet: Re: Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo.   Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. EmptySam 29 Mar - 14:20



WILL I BE TRUTHFUL IN CHOOSING YOU AS THE ONE FOR ME ? OH, MY MIND IS SO MIXED UP, GOING 'ROUND. MUST THERE BE ALL THESE COLORS WITHOUT NAMES, WITHOUT SOUNDS ? MY HEART BURNS WITH FEELIN' BUT MY MIND IS COLD AND REELING. IT IS THIS LOVE, BABY OR IS IT CONFUSION ? OH, MY HEAD IS POUNDING, GOING 'ROUND AND ROUND. MUST THERE ALWAYS BE THESE COLORS ▬ JIMI HENDRIX, LOVE OR CONFUSION.
jusqu'à nos retrouvailles

Les mains placées au niveau de l’intestin du corps d’un autre individu, Léo est concentré et ne prête pas véritablement attention au monde qui l’entoure. Seuls les organes qui s’éparpillent devant son regard attentif comptent en ce moment même. Il s’applique à entreprendre son opération comme il le faut, afin de ne pas provoquer le décès du patient, et par la même occasion, de ne pas décevoir les autre professionnels de santé qui se tiennent à ses côtés – même son père l’observe attentivement derrière le lit, prêt à le reprendre s’il fait un faux pas. Léo n’a donc pas le droit à l’erreur, ainsi il s’y prend avec précaution comme à son habitude, et reste suffisamment optimiste quant à cette opération. Il va réussir et il le sait au fond de lui, tout simplement parce qu’il doit faire ses preuves et qu’il ne peut pas échouer, au risque de voir sa carrière se démolir devant ses yeux par sa propre faute. Toujours aussi consciencieux, il ferme finalement le ventre du patient à l’aide d’aiguilles et de fils, ce qui lui engendra une légère cicatrice. Il prend enfin le temps de respirer, retrouve le souffle qu’il avait perdu en étant beaucoup trop obnubilé par ce bout d’organe infecté, qu’il a pris le soin de déposer dans un récipient adéquat. Aujourd’hui, Léo a sauvé une vie.

Derrière son masque, il esquisse un sourire sur ses fines lèvres. Il est content de lui, même très fier, et sent le regard de son père étinceler un peu plus loin. Mieux que sa propre fierté, celle de son père est pour lui la meilleure récompense. Il se débarrasse des deux bouts de tissu ensanglantés qui lui ont servi de gants, pour les jeter dans l’objet destiné aux déchets de type médical, plus souvent appelé ‘poubelle’. Il quitte la salle opératoire, après s’être désinfecté les mains et avoir retiré son masque. Il n’a aucune envie qu’on lui dise à quel point il a été doué, certainement trop modeste et indifférent aux remarques de ces gens qui ont soif d’opérations, alors il part s’enfermer dans sa salle personnelle qu’on lui a accordée. C’est dans cet endroit qu’il obtient un cœur plus léger, qu’il enfile sa blouse blanche et se repose le temps de quelques minutes, avant de voir son prochain patient. Il a besoin de quelques secondes pour respirer et regagner la réalité, visiblement essoufflé et épuisé par cette intervention qui l’a totalement déboussolé. Léo adore la chirurgie et ne peut pas oublier que ce domaine reste sa passion, néanmoins il est conscient qu’elle prend toute son énergie. Il alterne entre les opérations et les visites pendant lesquelles il s’occupe d’aider les patients et de regarder si tout va pour le mieux. Il reste alors sur son siège quelques minutes, avant d’attraper son carnet où il note ses prochains rendez-vous, ainsi que le nom de ses patients. Le cœur battant, il remarque le nom qu’il aime tant apercevoir : Monsieur Turner – et se surprend même à sourire plus que d’habitude. Il ne l’avait pas oublié, s’était même surpris dans la matinée d’être à la fois plus joyeux que d’ordinaire, mais aussi très angoissé. C’était la boule au ventre et accompagné d’un sourire plus grand que son bras, qu’il s’est rendu à l’hôpital ce matin. Il l’avait seulement effacé de son crâne le temps de l’opération, trop appliqué dans les gestes qu’il entreprenait et déterminé à parvenir à sauver la personne.

Il lâche le papier pour le reposer sur le bureau, lorsqu’une sonnerie stridente retentit jusqu’à ses oreilles. Il ne s’agit que de Karen, la secrétaire informant des arrivées des patients. Léo n’avait pas vu l’heure, trop absorbé par la fatigue qui le consume. Elle le prévient que Dylan l’attend dans le hall de l’hôpital et précipité, il lâche le combiné avant de s’installer face à la glace. Il se regarde un instant dans le miroir, se faisant la réflexion qu’il a vraiment l’air fatigué avec les cernes presque bleus qui se sont incrustés en-dessous de ses yeux d’une couleur identique, sans même lui demander la permission. Il ne peut rien y faire de toute manière, toutefois il peut faire quelque chose à sa chevelure ébouriffée. Il se recoiffe rapidement, se trouvant ridicule de se faire beau pour un… Patient. Mais en toute définitive, Dylan n’est pas un patient comme tous les autres. Et même s’il aurait préféré ne pas se l’avouer et l’admettre, il le sait au plus profond de son être. Il ouvre la porte de son cabinet, se déplace dans les couloirs du bâtiment dans le seul d’arriver au plus vite face à l’homme qui le perturbe depuis quelques temps. Même s’il a en sa possession un ventre complètement noué, il ne peut s’empêcher d’être impatient de le voir. Lorsqu’il l’aperçoit dans la salle d’attente, il le trouve encore plus beau que lors de sa précédente visite – à croire qu’il l’est de plus en plus. Il avale sa salive et lui tends la main, afin de serrer la sienne comme il a pris l’habitude de faire avec ses patients en signe de bonjour. Il accompagne leur geste en prenant finalement la parole.

« Bonjour Dylan, il commence en scrutant un large sourire peu habituel sur ses lèvres, qu’il s’applique à entreprendre seulement avec ce patient. » Certainement qu’il est plus heureux de le voir qu’il ne le pensait… « Comment te sens-tu aujourd’hui ? il lui pose la question, prenant le temps d’articuler pour qu’il puisse lire facilement sur ses lèvres – mais pas trop non plus, voulant éviter le fait que Dylan se sente comme une personne handicapée. » Il a déjà de la difficulté d’accepter sa surdité, il n’a aucune envie d’en rajouter. Ils ne perdent ensuite pas une minute pour se déplacer jusqu’à la salle, afin d’être dans de meilleures conditions pour parler en privé. Avant de l’ausculter et l’examiner, Léo préfère s’assurer de son bien-être avant toute chose. C'est pourquoi la première question qu'il lui a posée s'avère être celle se portant sur son état psychique actuel. Il continue, après avoir fermé la porte derrière eux. « Tu as essayé de prendre la parole ces derniers temps ? il lui demande, ne sachant pas très bien si c'est une bonne idée d'aborder le sujet. » Il aimerait pourtant en discuter avec lui, afin de l'aider au mieux à retrouver la voix qu'il a perdue en même temps que le son : le psychologue se chargeant de Dylan pense qu'il est encore en période de choc, pourtant Léo aimerait être capable de lui fournir l'aide nécessaire à ce rétablissement. « Tu peux t'installer, il lui signale en désignant la table d'examen médical, sans en ajouter plus puisque désormais, il connaît plutôt bien ce qu'il faut faire. » Dans quelques minutes, Léo découvrira à nouveau le torse de son patient et aura sa peau nue entre les doigts. Et même s'il tente de vainement sourire pour que Dylan soit en confiance, il commence à redouter ce moment qui risquera de le faire frisonner encore une fois.


made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Dylan A. Turner


Feuille de personnage
► AGE:
► RELATIONSHIPS:
Dylan A. Turner

http://snowflake-lane.forumactif.com/t1459-dylan-dorenavant-je-veux-quon-mappelle-sid-prince-des-flammes#29245 https://snowflake-lane.forumsrpg.com/t1453-dylan-sid-mais-toi-au
Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Tumblr_n17b6mS1V51rsq3ibo2_250 ◗ CELEBRITE : Nico Mirallegro
◗ CREDITS : © tumblr
◗ ÂGE : 28
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : Ex sportif en reconversion forcée
◗ MESSAGES : 92
◗ POINTS : 268
◗ CURRENTLY : On part à la recherche du Yéti?, feat Benji & Mimi.

Jusqu'à nos retrouvailles, feat Léo.

Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Empty
MessageSujet: Re: Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo.   Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. EmptyDim 30 Mar - 19:27



Jusqu'à nos retrouvailles
ft. Léo


Dylan a toujours été du genre timide. Un éternel discret. Il n'a jamais aimé se mettre en avant et a du énormément travailler sur lui-même lorsqu'il est passé pro en football. Là, personne ne l'épargnait: Ni les journalistes, ni les caméras, ni le public. Pourtant, il a été obligé de grandir, de s'ouvrir aux autres, de répondre aux interviews, de poser pour des photographes. Dylan a eu du mal a se faire à cette vie là et pourtant, il s'en est sorti. Petit à petit, plongé dans une carrière déjà montante alors qu'il n'avait que dix huit ans, il a su faire face et se blinder quand il le fallait. Sa carapace aura tenu cinq ans en tout. Et après son accident, pouf. Tout son boulot s'était comme envolé. Il avait laissé tout son courage et son aisance dans la voiture totalement détruite dont on l'avait extirpé. Ensuite, il y a eu Léo. Quoi qu'avec lui, bien qu'il ait été souvent assez réservé et timide, silencieux...ça a été progressif au moins. En réalité, Léo a vu à la fois ses bons et ses mauvais côtés durant ces mois passés ensembles et aujourd'hui, Dylan se demande si c'est réellement une bonne chose. Et s'il l'avait fait flipper avec tous ses moments de colères, toutes ses crises et tous ces cauchemars qui l'avaient hanté?

Il ferma les yeux et secoua la tête avant d'inspirer profondément. Léo Jones n'est qu'un homme! C'est la phrase qu'il n'arrête pas de se répéter et ce à chaque fois qu'il doit se préparer à le voir. Pourquoi est-ce que Dylan ressent alors cette appréhension, cette angoisse à la fois terrifiante et saisissante, chaque petites fois où il pense à son cher médecin?! Bon, il y a toute cette histoire d'attirance etc etc...Mais Dylan sait qu'il y a quelque chose encore. Quelque chose de plus.
Et là, l'atmosphère changea légèrement. Avant même de lever les yeux, Dylan avait deviné que Léo était arrivé. Celui ci entra moins d'une seconde plus tard dans son champ de vision et le coeur de Dylan loupa un battement. Il eut comme un lâché de papillons dans son ventre et le jeune homme tendit machinalement sa propre main pour aller serrer celle de Léo. Il arriva même à esquisser un petit sourire. Et pour tout salut, il lui adressa un simple signe de tête. Puis Léo essaya apparemment de lui parler, de lui demander comment il allait. Dylan sourit de plus belle avant d'hausser les épaules et d'articuler un simple "Okay", pour lui signifier que tout allait bien. Ou du moins assez bien. Par contre il ne pouvait pas en dire autant de Léo, qui paraissait fatigué. Ou très fatigué. Dylan sait combien les études sont dure, encore plus lorsqu'on est en internat: Devoir enchaîner des heures de gardes, des patients tous plus chiants les uns que les autres. Voir la mort de près et tout ça...En fait, il se demande même comment le jeune médecin fait pour supporter toute cette pression et souhaiterait lui en enlever un peu s'il en avait le pouvoir.

Léo le conduit ensuite dans la salle prévue pour pouvoir lui faire passer les tests de routine. Pièce désormais assez familière pour Dylan.
Puis lorsque une fois la porte close, Léo lui demande s'il a essayé de parler et de communiquer depuis la dernière fois qu'ils se sont vus, Dylan ne peut s'empêcher de détourner le regard, gênée. Parce que non, il ne l'a pas fait. Pas une fois, en fait. Ne plus entendre le son de sa propre voix...ça rendrait les choses réelles. Trop réelles pour lui et il ne s'est pas encore senti prêt pour franchir cette étape là, bien qu'il sache parfaitement qu'il devra y passer un jour ou l'autre. Il secoue alors la tête, tenant tout de même à répondre, les lèvres pincées.
Ensuite il se tourna pour être dos à Léo, avant d'attraper les bords de son t-shirt, qu'il retira prestement. Non pas qu'être à moitié nu devant quelqu'un le dérange: Après tout, il avait été dans les douches avec son équipe de foot des tas de fois et il n'avait jamais ressenti de complexes. Mais allez savoir: Avec Léo, tout est amplifié, tout est différent. Dylan passe alors une main dans ses cheveux avant de grimper sur la table que son médecin lui avait désigné quelques secondes plus tôt.
Il s'allongea ensuite et fixa quelques secondes le plafond, puis les néons blafards avant de tourner la tête pour regarder Léo qui était en train de se préparer. Et intérieurement, il se sentit assez soulagé de ne pas avoir traîné Mila ici, sinon elle serait très certainement en train de lui sourire de manière très stratégique tout en agitant les sourcils de manière assez comique pour le faire rire, mais également assez sérieusement pour lui dire "fonce". La question est, est-ce qu'il aura le courage de le faire? Après tout, pourquoi Léo serait-il intéressé par un mec brisé, sans réel emploi et sourd en plus du reste?! Alors que Dylan le regard s'affairer, il avait l'impression que l'un et l'autres étaient séparés par un fossé immense.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

And no matter how crap my life was, no matter how much I didn’t fit in at college, no matter what, when I had his lips, I had his kiss. And so long as I had that, I knew everything would be okay.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Léo H. Jones

Léo H. Jones

Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Tumblr_mpom7ukDRU1r0cefco8_250 ◗ CELEBRITE : Will Higginson.
◗ CREDITS : © waiting for jesus (avatar).
◗ ÂGE : 31
◗ STATUT : Célibataire mais étrangement attiré par un de ses patients.
◗ EMPLOI, ETUDES : Interne à St Boniface Hospital, dans l'espoir de devenir un jour chirurgien.
◗ MESSAGES : 26
◗ POINTS : 193
◗ CURRENTLY : topic #1

Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Empty
MessageSujet: Re: Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo.   Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. EmptyLun 31 Mar - 19:09



WILL I BE TRUTHFUL IN CHOOSING YOU AS THE ONE FOR ME ? OH, MY MIND IS SO MIXED UP, GOING 'ROUND. MUST THERE BE ALL THESE COLORS WITHOUT NAMES, WITHOUT SOUNDS ? MY HEART BURNS WITH FEELIN' BUT MY MIND IS COLD AND REELING. IT IS THIS LOVE, BABY OR IS IT CONFUSION ? OH, MY HEAD IS POUNDING, GOING 'ROUND AND ROUND. MUST THERE ALWAYS BE THESE COLORS ▬ JIMI HENDRIX, LOVE OR CONFUSION.
jusqu'à nos retrouvailles

La conversation dérive sur la voix que Dylan a perdue et qu’il refuse de retrouver inconsciemment, encore sous le choc. Léo voit son regard s’assombrir, se détourner du sien. En un instant, il perd le sourire et son cœur se serre. Il déteste par moments ce qui peut arriver à ses propres patients, qu’il est incapable de guérir et d’aider. Habituellement, il se sent inutile alors il a le cœur lourd de culpabilité. Dylan venait de lui répondre que tout était okay dans sa vie, alors le jeune médecin s’était senti rassuré par cette nouvelle. Désormais il a l’impression d’avoir tout gâché en parlant de cette foutue voix, alors comment pourrait-il ne pas se sentir coupable ? Mais Léo comprend que son sourire perdu n’est pas uniquement lié à ce problème mais aussi au fait qu’il déteste savoir ou voir que son patient se sent mal. Et il a eu le temps de le comprendre, depuis le temps qu’il le voit triste. « Ne t'en fais pas, tu dois prendre ton temps. Quand tu te sentiras prêt, tu retrouveras ta voix, il tente alors tant bien que mal de le rassurer, en retrouvant son beau sourire confiant. Je suis certain que tu y arriveras un jour. J'y crois, il lui indique, avant de se lever afin d’attraper l’instrument nécessaire. » Au lieu de le glisser entre ses doigts, il se tourne légèrement vers Dylan, qui est désormais dos à lui. Il sourit un instant en constatant qu’il est toujours aussi gêné de se déshabiller devant lui, alors qu’il va le regarder dans à peine quelques secondes. Il ne peut s’empêcher de l’observer attentivement, faisant attention à chacune de ses courbes. Ses fesses couvertes d’un jean que Léo aime tout particulièrement, ses hanches, son bas du dos, sa nuque… Tout y passe. Tout ce qu’il se dit à l’intérieur de son crâne, c’est qu’il est sublime, même de dos. Tout est de sa faute selon lui, il n’avait qu’à être moins beau. Avant de se faire des idées en découvrant son dos nu, il chasse toutes pensées malsaines en secouant la tête quelque peu. Il regagne rapidement la réalité, attrape son ustensile pour tester les réflexes ainsi qu’un calepin et un crayon, puis s’approche de son patient.

Il croise une nouvelle fois son regard, pour attirer son attention et pouvoir lui parler. « Ti... Tiens... Si tu dois répondre autre chose qu'un oui ou un non, il lui explique timidement, tout en bégayant légèrement et en lui posant le carnet dans sa paume d’une main tremblante. Et physiquement, tout va bien ? Tu n'as pas eu mal quelque part ces derniers temps ? il s’inquiète et tente de reprendre ses esprits, de ne pas se laisser se déstabiliser. » C’est difficile pour lui, de ne pas perdre ses moyens devant un corps aussi sublime que le sien. Aussi sexy. Il le dévisage, ne le scrute pas et essaye vainement de rester le regard fixé sur un point défini de son corps. Il se concentre sur ses côtes gauches, qui sont les plus proches de lui, et pose ses deux mains contre sa peau. Il appuie dessus, tendant de diagnostiquer la moindre douleur. Ses doigts s’enfoncent légèrement, sans trop forcer non plus. « Et quand j’appuie ici, ça te fait quelque chose ? il pose la question, au cas où il souffre intérieurement – on ne sait jamais. »

Il change de sujet, non seulement pour oublier sa peau nue entre ses doigts, mais aussi pour détendre son patient qui semble en avoir bien besoin. Il a pris l’habitude d’évoquer un sujet plaisant lors des auscultations, dans le seul but d’apaiser certains qui sont angoissés à l’idée de grimper sur la table d’examen. Alors il s’aide de Mila, sa meilleure amie, car il suppose que c’est le sujet le plus plaisant dont ils peuvent discuter. « Mila n'est pas venue ? il se permet de poser la question curieusement, puisqu’il a pris l’habitude de l’apercevoir franchir la porte du cabinet pour accompagner Dylan. » Il croise un instant son regard à nouveau, avale nerveusement sa salive et se déplace de quelques centimètres pour atterrir au niveau de son genou. Il ne sourit plus, paraît concentré. Quand il travaille, il affiche toujours un visage véritablement sérieux. Il tape avec l’objet qu’il tient entre ses doigts, sur les deux genoux de Dylan pour activer ses réflexes. C’est important de les vérifier pour voir si ses jambes se sont bien rétablies, ainsi Léo tente du mieux qu’il peut de s’appliquer, malgré les tremblements qui s’emparent de ses mains et la perturbation due au regard de son patient posé sur lui. Les réflexes fonctionnent et il soulève quelque peu les jambes, ce qui est un bon point. « Assis-toi s’il te plaît, il lui demande gentiment, sans même le regarder, avant d’attraper le stéthoscope dans un coin de la pièce. »


made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Dylan A. Turner


Feuille de personnage
► AGE:
► RELATIONSHIPS:
Dylan A. Turner

http://snowflake-lane.forumactif.com/t1459-dylan-dorenavant-je-veux-quon-mappelle-sid-prince-des-flammes#29245 https://snowflake-lane.forumsrpg.com/t1453-dylan-sid-mais-toi-au
Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Tumblr_n17b6mS1V51rsq3ibo2_250 ◗ CELEBRITE : Nico Mirallegro
◗ CREDITS : © tumblr
◗ ÂGE : 28
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : Ex sportif en reconversion forcée
◗ MESSAGES : 92
◗ POINTS : 268
◗ CURRENTLY : On part à la recherche du Yéti?, feat Benji & Mimi.

Jusqu'à nos retrouvailles, feat Léo.

Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Empty
MessageSujet: Re: Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo.   Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. EmptyDim 13 Avr - 19:26



Jusqu'à nos retrouvailles
ft. Léo


Prendre son temps.

Dylan a l'impression que c'est bien la seule chose qu'il fait depuis des mois et des mois. Rester statique, comme figé: Ce n'est pas dans ses habitudes, pour lui qui a toujours été en mouvement. Mais le fait est qu'il a la trouille. Il a terriblement peur d'avancer pour une fois, d'un jour recommencer à parler, de sentir ses cordes vocales vibrer mais de ne strictement rien entendre. Il sait alors qu'il aura cette voix étrange qu'ont tous les malentendants qui essaient de répondre par le biais de la parole et non pas par les gestes.

Malgré tout, Dylan ne peut s'empêcher de sourire à son tour lorsque Léo l'encourage. Une personne de plus qui croit en lui, une personne de plus qu'il ne faut pas décevoir. Oui, Dylan ne supporterait pas de baisser dans l'estime de Léo par pure lâcheté: ça non plus, ce n'est normalement pas son genre. Ensuite, Dylan se déshabille. Pas entièrement, évidemment! Mais se savoir aussi près de Léo et surtout à moitié nu ne rassure pas tellement le jeune homme. Son corps va réagir quand son médecin le touchera, il le sait. A tous les coups, il se mettra à frissonner comme un dingue ou encore à rougir comme une collégienne de seize ans! Oui, lorsqu'il s'agit d'hommes, Dylan est loin d'être subtil! Surtout quand l'homme en question s'appelle Léo, qu'il est beau comme un dieu et qu'il possède une gueule d'ange à qui on passerait absolument tout! Et alors qu'il se retourne, Dylan voit Léo lui tendre un petit calepin accompagné d'un stylo. Il met une bonne seconde avant de se rendre compte que c'est pour qu'ils puissent communiquer: Voilà le genre d'effet que Léo a sur Dylan! Il lui fait tout oublier, y compris son tout nouvel handicap. Il attrapa tout ça avec un léger sourire, ses doigts frôlant légèrement ceux de Léo. Puis il hocha simplement a tête pour le remercier. Il s'allonge ensuite sur la table d'oscultation alors que Léo lui demande s'il va bien: Du moins physiquement. A cette question, il peut répondre au moins, le plus franchement possible. Il attrape alors le calepin qu'il avait posé sur ses jambes puis griffonne rapidement: "J'ai recommencé à courir, à faire mes séances d'abdos et à soulever des poids. Souvent mes épaules et ma jambe se bloquent, mais j'y travaille." Oui, autant être complètement honnête. Lors de sa sortie de l'hôpital, celui qui s'occupait de sa rééducation lui a bien dit plusieurs fois de ne pas forcer, de laisser son corps se remettre correctement, de ne pas prendre le risque de tout empirer. Pourtant, il y a bien quelques petites fois où il ignore la douleur et essaie de dépasser ses toutes nouvelles limites, rien que pour évacuer sa frustration. Ensuite, Léo pose ses mains sur lui, ou plus précisément sur les côtes récemment réparées. Là, Dylan ne ressent rien...Ou du moins, rien de négatif! Il n'a plus mal depuis un moment à cet endroit là. Les mains de Léo sont étonnamment douces et chaudes, comparées à celles des médecins que Dylan a déjà consulté, qui étaient froides et caleuses. Pour toute réponse, Dylan secoue la tête. En tant que sportif, il s'est déjà pris des tas de coups et à déjà eu quelques côtes fêlées, mais rien de bien méchant comparé à cet accident de voiture. Pourtant, son expérience de footballeur l'a aidé à avoir un seuil de douleur assez élevé, dieu merci. Puis il se met à fixer le plafond, essayant de ne pas se concentrer sur les doigts magiques qui massent et frôlent sa peau. Soudain, Léo lui demande si Mila n'est pas venue, ce qui fait légèrement rire Dylan. Evidemment qu'elle aurait aimé venir si Dylan le lui aurait permis! Mais le fait est que non seulement Dylan voulait être un peu seul avec Léo, mais aussi dans le sens ou il n'aurait pas supporté les sourires malicieux et pleins de sous entendus de sa meilleure amie.

"Mila m'accompagne déjà partout alors je lui ai rendu sa liberté pour quelques heures. Puis elle n'a pas vraiment besoin de voir tout ça", griffonne-t-il rapidement avant de désigner d'un regard ses nombreuses cicatrices et hématome couvrant encore son corps.

Bien sûr, Mila l'a vu à l'hôpital alors qu'il venait d'avoir son accident -ce qui veut dire qu'il avait la tête complètement défoncés et qu'il était à moitié abruti par les sédatifs qu'on lui prescrivait-, donc ça ne pourrait techniquement pas être pire: Pourtant il veut éviter de perpétuer le souvenir en s'exhibant plus que de raison. Léo vérifie ensuite ses réflèxes, que Dylan a récupéré peu à peu, avant de lui demander de s'asseoir. En faisant tout cela, il n'avait pas regardé une seule fois Dylan, qui commençait à se sentir légèrement à côté de la plaque. Pourtant il est loin d'être bête et sent cette tension qui est présente entre eux, presque palpable...Et il a bien vu les doigts de Léo trembler. Mais Dylan a du mal à comprendre pourquoi Léo se conduit comme ça d'un coup. "Quelque chose ne va pas?"

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

And no matter how crap my life was, no matter how much I didn’t fit in at college, no matter what, when I had his lips, I had his kiss. And so long as I had that, I knew everything would be okay.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Léo H. Jones

Léo H. Jones

Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Tumblr_mpom7ukDRU1r0cefco8_250 ◗ CELEBRITE : Will Higginson.
◗ CREDITS : © waiting for jesus (avatar).
◗ ÂGE : 31
◗ STATUT : Célibataire mais étrangement attiré par un de ses patients.
◗ EMPLOI, ETUDES : Interne à St Boniface Hospital, dans l'espoir de devenir un jour chirurgien.
◗ MESSAGES : 26
◗ POINTS : 193
◗ CURRENTLY : topic #1

Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Empty
MessageSujet: Re: Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo.   Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. EmptyLun 14 Avr - 18:48



WILL I BE TRUTHFUL IN CHOOSING YOU AS THE ONE FOR ME ? OH, MY MIND IS SO MIXED UP, GOING 'ROUND. MUST THERE BE ALL THESE COLORS WITHOUT NAMES, WITHOUT SOUNDS ? MY HEART BURNS WITH FEELIN' BUT MY MIND IS COLD AND REELING. IT IS THIS LOVE, BABY OR IS IT CONFUSION ? OH, MY HEAD IS POUNDING, GOING 'ROUND AND ROUND. MUST THERE ALWAYS BE THESE COLORS ▬ JIMI HENDRIX, LOVE OR CONFUSION.
jusqu'à nos retrouvailles

Une fois enfermés dans la pièce lui appartenant, Léo peut enfin respirer et se sentir éloigné du reste du monde, en compagnie de son patient. Il se sent à la fois joyeux et intimidé. Chaque fois qu'il se tient auprès de lui, il ne se sent pas comme habituellement ; il éprouve d'étranges sentiments au creux de son estomac - des sensations tout sauf ordinaires. Il se sent de plus en plus heureux de le revoir, parce qu'ils ont moins la chance de se retrouver en ce moment. Dylan ne vient plus que pour les visites régulières et ne fait ainsi plus partie intégrante de l'hôpital. Léo n’adopte pas un comportement normal, il s’en sentirait presque gêné en sa présence. Dylan ne le met pas forcément mal à l’aise, au contraire une certaine complicité s’est crée entre ces deux êtres. Ils ont partagé la joie, la colère, la tristesse, la déception et même l’acceptation de soi. Léo n’a jamais bronché devant son patient et l’a accepté tel qu’il est, pour la simple et bonne raison que ça fait partie de son rôle de médecin. Il n’a par ailleurs pas eu l’impression de l’avoir supporté, il a toujours retenu qu’il était une personne agréable et attachante au fond de lui, mais à cause de cette brisure intérieure provoquée par l’accident, Dylan s’est encore plus renfermé.

C’est seulement la situation qu’il déteste. Il n’aime pas le fait de devoir rencontrer Dylan uniquement dans cet hôpital, avoir la chance de communiquer avec lui seulement parce qu’il vient effectuer sa visite régulière. S’il n’était pas son patient, tout aurait été plus simple à ses yeux – c’est toutefois ce qu’il pense. Il aurait avoué sans gêne ce qui reste enfoui dans sa poitrine. Et assez sociable pour entreprendre une telle action, il l’aurait invité à sortir à l’aide de son grand sourire séduisant habituel et son visage d’ange dont il profite souvent, pour s’assurer que la réponse serait positive. Mais Dylan est son patient et il ne peut pas négliger ce détail, ni même l’oublier. En vérité, il y pense à chaque minute, notamment quand il se perd dans son beau regard. Il déteste véritablement cet accident de voiture, non seulement parce qu’il a brisé la vie de son patient, mais aussi pour une raison qui lui est plus personnelle. Sans cet accident, il aurait pu déclarer ses sentiments, avoir le cœur plus léger et tenter quelque chose auprès de lui. Même si ce n’est sans doute pas autant que Dylan, il haït profondément cet événement et ça s’en approche. Néanmoins, pour ne jamais oublier son optimisme naturel et constant, il se force à penser qu’il ne l’aurait jamais rencontré s’il n’était pas devenu son patient. Et à cette pensée, il se retrouve chaque fois avec un goût amer dans la bouche, lui faisant comprendre que ne l’avoir jamais rencontré serait pire encore.

Lorsque la conversation dérive sur la santé physique de son patient, Léo sourit quelque peu lorsqu’il lit les premières phrases notées sur le calepin. Non seulement parce qu’en plus d’être tout ce qu’il a de plus parfait, il aime son écriture, mais aussi il est heureux de savoir qu’il s’applique à quelques efforts physiques. Il déchante pourtant bien vite, lorsque Dylan raconte le fait qu’il lui arrive d’avoir les membres bloqués. Léo ne peut s’empêcher de se projeter l’image de cet homme presque paralysé dans le crâne, et ça lui procure quelques frissons d’horreur. Je sais que tu tiens à retrouver ta motricité telle qu’elle était auparavant, seulement… Tu ne dois pas forcer, tes épaules et ta jambe ne sont pas censées te bloquer, il lui explique en le regardant fixement et avec sérieux, ainsi qu’en étant plus inquiet qu’avec un autre patient. Fais attention… il le prévient, d’une voix qui se veut inquiète mais que Dylan ne peut malheureusement pas entendre. » Il doit toutefois le remarquer sur son visage, Léo a souvent de la difficulté à dissimuler les sentiments qui le touchent profondément. Parfois même, il se demande comment Dylan peut ne rien remarquer aux sentiments qu’il éprouve à son égard. « Oui c’est sûr que ça ne doit pas lui faire plaisir de te voir ainsi… il répond sans lui avouer qu’il le trouve tout bonnement séduisant, même avec ses cicatrices. » Il lui est impossible de lui déclarer que ses blessures gâchent son corps, parce qu’en réalité il le trouve présentement très sexy. Il ne peut pas non plus le rassurer en disant qu’il est beau, il est question de son patient, pas d’un simple étranger. Dylan pourrait mal le prendre, trouvant qu’il s’agit d’une tentative de drague tout à fait déplacée. Alors que pour lui, c’est seulement la vérité.

Dans cette histoire, Dylan ne reste pas dupe. Quelque chose se passe. Léo avale sa salive, présente des yeux exorbités par l’étonnement. Non seulement parce que les patients n’ont pas l’habitude de poser la question en retour, mais aussi car il ne voulait pas que ça se voit. Est-ce si visible que ça ? Il sait que Dylan le perturbe en tout point, mais il ignorait que ça pouvait se voir sur son visage. Il tente pourtant d’être concentré dans son travail, de prendre soin de Dylan et l’ausculter comme un patient… Normal. Mais c’est difficile, trop difficile. Comment faire alors qu’il a simplement envie de lui sauter dessus actuellement ? Comment résister face à son corps presque nu et parfait, à son visage d’ange et à ses yeux étincelants ? Léo ignore. Il se voit contraint de lui mentir, étant encore incapable de lui avouer ce qu’il ressent au plus profond de son être.  « Excuse-moi… il souffle doucement, le regard quelque peu peiné tout en se grattant légèrement la tête pour trouver une excuse adéquate. J’ai eu une dure journée. Grosse opération, père présent. Gens stressants, il sourit pour le rassurer et débite quelques mots qui permettront, il l’espère, de ne plus inquiéter Dylan à son sujet. » Il n’est pas censé raconter sa vie aux patients, mais il n’est pas non plus censé laisser percevoir la moindre tristesse ou angoisse sur son visage. Il a encore échoué pour le coup.

Il passe devant Dylan une fois qu’il est assis sur la table d’examen et pose le stéthoscope sur sa poitrine. Il écoute attentivement les bruits de son cœur, rougit légèrement parce que ça le trouble toujours autant et s’étonne à un moment donné. Surpris, il dépose l’objet sur un autre coin près de l’organe et arque tout de même les sourcils, ayant la confirmation. Les battements de son cœur sont rapides, ce qui n’a en tout définitive, rien de normal. Il retire l’appareil du corps de son patient et de ses oreilles, puis le regarde un instant. « Ton cœur bat plus rapidement que d'habitude, tu as fait quelque chose de spécial ? il demande pour se tenir au courant et savoir s’il a omis certains détails. Tu es stressé en ce moment ? il propose, curieux de comprendre ce qui se passe pour que son cœur s’agite autant. » Il s’en veut intérieurement, se disant qu’il a causé ce stress par son propre état d’angoisse et de perturbation. Léo a laissé une certaine distance entre eux, sans même vraiment le vouloir, et Dylan l’a bien évidemment remarqué. Il doit certainement être mal à l’aise à cause de lui.


made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Empty
MessageSujet: Re: Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo.   Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Jusqu'à nos retrouvailles ❦ ft. Léo.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les Retrouvailles ... [Pv WoOd]
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Retrouvailles ♣ Irina L. Bitwin & Simba M. Farewell. [pm]
» Jusqu'à ce que la vie nous sépare...
» Dansons, jusqu'au bout de la nuit ! [PV Nino & Dulcianna]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOWFLAKE LANE :: WINNIPEG DOWNTOWN :: or an outsider :: st boniface hospital-