AccueilRechercherS'enregistrerConnexion


 

Partagez
 

 « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Albane G. Everdeen


Feuille de personnage
► AGE: 18 ans
► RELATIONSHIPS:
Albane G. Everdeen
Administratrice

http://snowflake-lane.forumactif.com/t142-albane-ginny-il-faut-encore-avoir-du-chaos-en-soi-pour-enfanter-une-etoile-qui-danse https://snowflake-lane.forumsrpg.com/t133-albane-ginny-la-plupar
Ginny Albane ◗ CELEBRITE : Sarah Hyland ♥
◗ CREDITS : © myrtille.
◗ ÂGE : 25
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : Lycéenne
◗ ADRESSE : 23 snowflake lane
◗ MESSAGES : 1140
◗ POINTS : 3405
◗ CURRENTLY : (+) samara (+) lane (+) matthew
« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_inline_mihg14JVZj1qz4rgp

« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Empty
MessageSujet: « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE   « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE EmptyVen 22 Fév - 11:58

« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_md0y1chCLr1qeysf2o1_500

11h00 am.chez les everdeen. Le tintement insupportable de la sonnerie du téléphone d'Albane l'extirpa de ses rêves immaculés. En l'occurrence, alors que ses paupières se refusaient à la contemplation du soleil qui pénétrait timidement dans sa chambre au travers de l’entrebâillement de ses volets, la brunette semblait vaguement se rappeler avoir été, le temps d'un songe endormi, une jeune femme épanouie qui gagnait sa vie dans la chanson. Alors qui diable osait, si tôt -il n'était que 11h00...- l'arracher à ces considérations utopiques? Elle grogna en constatant que la sonnerie refusait de se taire, se tournant nonchalamment vers sa table de nuit sur laquelle était posé le petit appareil; le nom de monsieur Rowling s'y afficha. Levant les yeux au ciel, Albane se décida finalement à répondre. « Allô. » annonça-t-elle d'une voix éraillée par la fatigue. À l'autre bout, son correspondant lui expliqua qu'il avait besoin d'elle pour garder Penny pendant l'après-midi. Il avait une sorte de meeting de banquier ou quelque chose dans le genre. Aussi ennuyeux que futile. Miss Everdeen leva les yeux au ciel. « Encore? ça sert à quoi de faire des gosses si vous pouvez pas vous en occuper? » Pourtant elle était contente qu'il fasse appel à elle. Là, tout de suite, elle ne le réalisait pas, de par sa fatigue -elle n'aimait rien ni personne au réveil- mais elle savait au fond que la perspective de passer l'après-midi avec la petite fille ne lui déplaisait aucunement. Elle s'était réellement attachée à elle, malgré tout ce qu'elle prétendait. Mais elle se devait de rester fidèle à elle-même, et le père de Penny ne devait en aucun cas savoir qu'il pourrait toujours compter sur Albane tout simplement parce que ça lui faisait plaisir. « Bon ok ça va, arrêtez votre baratin de banquier ça fait deux bonnes minutes que j'écoute plus. J'dois passer la chercher à quelle heure? » Ils décidèrent qu'elle passerait à 14h00. Les deux jeunes filles resteraient un peu chez monsieur Rowling, puis elles iraient au parc, où la mère de Penny les retrouverait et ramènerait sa fille. Everdeen accepta d'un ton désabusé et raccrocha, décidant de lézarder encore quelques minutes sous sa couette avant d'affronter la froideur du monde extérieur.

5h00 pm.au parc. « S'il te plait, viens jouer avec moi! » Albane sourit en entendant les implorations de la petite fille. Malheureusement comme elle le lui avait expliqué, elle était trop grande désormais pour aller dans la cage à écureuil ou pour s'aventurer sur le toboggan réservé aux 3-7 ans. Pourtant son regard suppliant l'incitait à ne pas servir de modèle, pour aujourd'hui, et à enfreindre ces règles si furtives qu'un petit écriteau près de jeux où de toute façon il n'y avait presque personne. Enfin, ce n'était pas ce qui retenait Albane, mais elle donnait déjà assez de sa personne pour aller s'emberlifiquoter dans une cage à écureuil... « Bon ok, arrête de me regarder comme ça pitchoune, ça s'appelle du chantage affectif! Mais alors on joue à trappe-trappe, parce que je suis trop vieille pour le toboggan. » Un grand sourire fendit les lèvres de Penny. Un sourire si pur, accompagné d'une sorte d'étincelle dans ses yeux qui s'avéra communicatif pour sa nourrice. Elles partirent alors; c'était au tour de Penny d'attraper Albane. Seulement, après quelques mètres de poursuite acharnée -même si la jeune fille s'appliquait à garder un pas de course relativement lent-, trop concentrée sur son objectif pour réfléchir à ses pas, Penny trébucha sur un petit caillou qui s'interposa sans avertir au beau milieu de sa course, la faisant tomber sur le sol. Devant la scène, Albane se stoppa nette pour reprendre sa course dans l'autre sens, se dirigeant vers la petite fille au sol qui commençait déjà à pleurer. « ça va Penny? viens, on va soigner ça. » Elle la souleva alors, la prenant dans ses bras pour lui éviter de marcher jusqu'au banc d'à côté. Là, elle l'assit sur ses genoux, la priant d'arrêter de pleurer dans la mesure où elle ne savait pas que faire pour la soulager. Son père lui avait laissé une sorte de petite trousse de secours en cas "d'urgence". Décrétant que ça en était une, Albane envoya sa main vers son sac pour en sortir ladite trousse, dont elle pensait ne jamais avoir besoin. Elle trouva à l'intérieur des tonnes d'objets plus insolites les uns que les autres: ses parents devaient être paranos vu la dose de médocs et autres qui composaient le sac. « Eh ben princesse, avec ça j'pourrais presque de faire une dialyse ou une greffe ... » Marmonna-t-elle d'un ton un peu moqueur, exagérant fortement, alors qu'elle prenait le désinfectant. Elle releva un côté du pantalon de Penny jusqu'à son genoux abîmé, et le mit du produit dessus, y appuyant une compresse. « Aïe! » « T'inquiète pas, ça va aller, t'es vachement courageuse, tu vas guérir en moins de deux. » Une fois le produit appliqué, dans une tendresse à laquelle elle n'était pas habituée, Albane lui mit un pansement, et la regarda ensuite, d'un air rassurant, un grand sourire aux lèvres. « Et voilà miss! Mal autre part? » Penny fit fièrement non de la tête, recommençant un peu à sourire derrière quelques larmes qui persistaient. « Bisou magique? » Elle acquiesça vivement. Albane déposa alors un bisou sur sa joue, jugeant que c'était un médicament tout aussi efficace qu'un pansement. « Ta maman va bientôt venir te chercher de toute façon. » Lâcha-t-elle, d'un ton presque rancunier, comme si elle voulait encore rester avec la petite fille. En attendant elle restait là, l'avait toujours sur ses genoux et la tenait dans ses bras en la berçant légèrement. Elle avait l'impression qu'elle était comme une petite soeur pour elle, elle avait l'impression de devoir la protéger comme sa propre soeur avait veillé sur elle. Comme si elle avait le devoir de faire de même, de lui permettre de se sentir tout aussi en sécurité qu'elle-même se sentait en la présence de son aînée. Elle savait que Penny souffrait de la séparation de ses parents, qu'elle ne comprenait pas, qu'elle avait peur d'être comme "abandonnée". Elle lui en parlait, quelque fois, et cela déchirait étrangement le coeur d'Albane de la voir souffrir. Alors elle voulait être là, comme pour lui rappeler que ses parents l'aimaient plus que tout, lui précisant que, de toute façon, elle ne serait jamais seule; parce qu'elle serait toujours là pour elle. Enfin ça, ses parents ne devaient surtout pas le savoir...

_________________
« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_m9r3excdlu1rv8fmi

redheart:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Anonymous


« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Empty
MessageSujet: Re: « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE   « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE EmptySam 23 Fév - 18:52

« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_m6qz5hQRsf1qbxb03

Frappant à la porte en trois coups, après avoir sonné à la sonnette ce qui montrait son impatience, elle comprit que l’appartement était vide. Non mais c’était quoi cette histoire ? Eden était devant son ex pour venir chercher sa fille mais il n’y avait personne. Penny devait être avec sa nounou, nommait Albane. C’est son ex qui avait engagé la jeune femme et Eden avait du mal avec elle, elle avait du mal à avoir confiance et de lui confier sa fille. Seulement, elle n’avait pas eu le choix et désormais qu’elle pouvait choisir sa propre nounou pour garder sa fille lorsqu’elle en avait besoin, elle avait décidé de garder Albane malgré tout. Ce n’était déjà pas simple pour sa fille de vivre ans deux maisons différentes, elle ne voulait pas non plus que ça soit encore plus dur pour sa princesse que d’avoir deux nounous différentes aussi. Bref, la maman blonde n’avait pas envie d’attendre encore longtemps, surtout pas devant chez son ex, ce qui lui faisait assez mal et ne l’aider pas à aller de l’avant. Prenant son téléphone portable dans sa poche, elle composa le numéro qu’elle connaissait par cœur mais tomba directement sur sa messagerie, elle souffla avant de composer celui de son bureau. Après avoir attendu quelques seconde, elle entendit : « Allo, bureau de Monsieur Rowling, que puis-je faire pour vous ? » Eden reconnu la voix de la secrétaire du père de sa fille. En même temps, ça ne pouvait être qu’elle qui prenait les appels de ce dernier. Qui d’autre sinon ? A moins qu’une autre femme l’ait remplacé. Mais bon, tant pis, elle dit quand même : « Bonjour Lucille ! C’est Eden, la… la femme de Mr Rowling. » Bah oui, ils avaient beau être séparé, ils étaient toujours mariés techniquement et sur les papiers. Et puis, ça ne regardait en aucun cas la secrétaire de son ex s’ils étaient ensemble ou non. Même si techniquement, elle devait être au courant puisque son patron venait de changer d’adresse. « Oh Mme Rowling, comment allez-vous ? » Ah bah elle ne savait pas tout, sinon elle saurait qu’elle ne va pas bien, pas bien du tout même mais cela ne la regardait pas, une fois de plus. « Ca va… Je veux parler à Mr Rowling. » Bah oui, elle téléphonait pour ça, non pas pour faire la conversation à une quasi inconnue qu’elle ne connaissait presque pas, mis à part les nombreuses fois où elle l’avait vu en allant voir son maris. D’ordinaire elle ne passe pas par elle pour lui téléphoner mais par son téléphone portable mais il ne répondait pas. « Oh, oui oui bien sûr ! Bonne journée. » Après avoir entendu un bip, elle attendit de nouveau avant d’entendre la voix de son maris « Eden j’ai pas le temps, je suis en réunion ! » Ouais et leur fille dans tout ça, elle était où ? En tout cas, tout était compliqué entre eux et c’est pour cela qu’ils n’étaient pas tendre lorsqu’ils se voyaient, ni même au téléphone. « Penny est où ? Je suis devant chez toi et il n’y a personne ! » Soit c’était lui qui avait omis de lui dire où elle devait la prendre, soit c’était cette gamine qui était la nounou de sa fille qui en faisait des siennes. Cela ne l’étonnerait même pas, mais elle n’avait pas son numéro de téléphone, d’ailleurs faudrait qu’elle pense à le lui demander. Maintenant qu’elle allait elle aussi lui demander de garder sa fille, il faudrait mieux qu’elle passe directement par elle et non par son ex qu’elle téléphone le moins possible. En tout cas, elle entendit son ex s’excuser auprès d’elle ne sait pas qui et dire d’une voix basse et sèche tout de même « Tu te fous de moi ? Je t’ai envoyé je ne sais pas combien de message pour te dire de les rejoindre dans le parc. Tu n’as pas répondu j’y suis pour rien ! » Pourtant, elle n’avait eu aucun sms, vocaux elle ne les avait pas écouté pour être sincère alors qu’elle avait reçu un sms pour le dire qu’elle avait 6 messages vocaux… Cela lui avait complément sortit de la tête. Il faut dire que durant des semaines, elle n’est pas vraiment dans son état normal et était même complétement perdue dans la vie de tous les jours. Peu de personnes s’en rendaient compte, ou alors ils comprenaient les raisons de son changement de comportement : la mort de sa fille ! Elle déprimait depuis et on pouvait la comprendre. C’est d’ailleurs pour cette raison que son mari et elle s’étaient éloignés, qu’il s’était réfugié dans son travail, qu’elle avait retrouvé du réconfort dans les bras d’un bel inconnu, qu’elle lui avait annoncé pour être honnête, qu’ils s’étaient pris la tête et puis, qu’il avait fait ses valises et avait quitté la maison alors qu’elle avait tellement pleuré dans les semaines précédentes qu’elle ne pouvait même pas verser la moindre larme. Oui, compliqué tout ça. En tout cas, lui, il avait bien remarqué son changement de comportement, sa folie peut-être passagère et c’est d’ailleurs pour cela que malgré qu’ils avaient convenu qu’elle avait la garde de leur fille la semaine et lui le week end, il prenait leur fille beaucoup plus souvent que convenu et voulait la laisser avec son ex le moins possible même s’il n’avait pas le choix. Alors qu’elle lui dit un simple ‘ok’, elle prit la direction du parc avec sa voiture pour y aller.

Arrivant au parc avec donc du retard. Elle descendit de sa voiture et partit à la recherche de sa fille et de la nounou de cette dernière. En les trouvant elle fut très surprise En effet, sa princesse était sur les genoux de la dénommait Albane et elles semblaient particulièrement proches. Etonnant lorsqu’on sait que lorsqu’elle la voit, elle est toujours froide envers elle ou sa fille, ou du moins elle est distante. Elle ne l’avait jamais vu comme ça, surtout qu’elle et sa fille semblaient très proches. C’était étrange. Se rapprochant, des deux alors qu’elles étaient de dos, assis sur le banc. Elle prononça un : « Heyy ! » avant de voir sa fille se retourner avec un grand sourire. « MAMANNNNNN ! » avant que celle-ci se leva du banc et allant dans ses bras. « Hey ma princesse ça va ? » Cela faisait deux jours qu’elles ne s’étaient pas vu et autant dire que cela lui avait fait un vide. Sa fille, c’était son trésor, sa princesse, tout ce qui lui restait et depuis le décès de son deuxième enfant, elle avait une énorme peur de la perdre elle aussi c’est pourquoi elle avait besoin de la voir ou alors d’avoir tout le temps de ces nouvelles. Ce qui était assez dur maintenant qu’elle était séparée de son père. « Je me suis fait un bobo au genou mais Albane elle a mis un petit pansement et je n’ai plus mal du tout ! Regardes » dit-elle en relevant son pantalon pour lui montrer son genou. Heureusement, ce n’était pas grand-chose. Prenant sa petite dans ses bras, elle jeta un coup d’œil à Albane et lui dit simplement « Désolé du retard. Je ne savais pas que je devais venir chercher Penny ici, je l’attendais chez son père ! » Dit-elle pour se justifier. En tout cas, elle la regardait différemment de d’habitude. Elle semblait étrange et de la voir aussi proche de sa fille l’avait vraiment surprise…
Revenir en haut Aller en bas
Albane G. Everdeen


Feuille de personnage
► AGE: 18 ans
► RELATIONSHIPS:
Albane G. Everdeen
Administratrice

http://snowflake-lane.forumactif.com/t142-albane-ginny-il-faut-encore-avoir-du-chaos-en-soi-pour-enfanter-une-etoile-qui-danse https://snowflake-lane.forumsrpg.com/t133-albane-ginny-la-plupar
Ginny Albane ◗ CELEBRITE : Sarah Hyland ♥
◗ CREDITS : © myrtille.
◗ ÂGE : 25
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : Lycéenne
◗ ADRESSE : 23 snowflake lane
◗ MESSAGES : 1140
◗ POINTS : 3405
◗ CURRENTLY : (+) samara (+) lane (+) matthew
« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_inline_mihg14JVZj1qz4rgp

« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Empty
MessageSujet: Re: « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE   « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE EmptyVen 22 Mar - 18:18

« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_md0y1chCLr1qeysf2o1_500

Albane tenait toujours l'enfant dans ses bras, peut-être un peu fermement, dans une tendresse qui se voulait rassurante. Elle savait que Penny avait besoin de ces quelques moments d'évasion au parc. Non pas que ses parents ne soient pas capables de lui offrir ce confort enfantin, loin de là; ils prenaient vraiment soin d'elle, et la lycéenne le savait. Seulement, leur vie ces derniers temps n'avait rien d'évident à gérer, et en tout état de cause, il était impensable que la petite fille n'en souffre pas un tantinet. Un divorce n'était jamais facile à vivre, pour les enfants. Alors lorsqu'en plus il avait assisté au déchirement de ses parents suite à une perte grave, qui les hantait encore aujourd'hui, la situation était des plus délicates. Penny n'en parlait que peu. Albane en était arrivée à la conclusion qu'elle ne devait pas comprendre l'ampleur des dommages collatéraux; c'était normal, elle n'était qu'une enfant... « ça va, ton genou? » Penny acquiesça vivement, relevant son regard vers Albane. Mais alors qu'elle s'apprêtait peut-être à lui demander de retourner faire du toboggan ou de l'aider à arpenter le mur d'escalade, la petite fille tourna la tête; effectivement, la voix d'Eden venait d'atteindre les oreilles d'Albane, qui, un peu surprise, cligna à plusieurs reprises ses paupières, posant le regard sur sa montre: effectivement, c'était bien l'heure -bien passée, même- elle ne s'en était pas rendue compte. Elle était presque déçue de la voir là si tôt. Penny descendit de ses genoux, courant vers sa mère qui la prit dans ses bras. Retenant un sourire, Everdeen se leva à son tour, marchant vers elles d'un pas plus nonchalant, entendant la petite princesse expliquer combien le pansement était bénéfique. La brunette resta alors là, les bras croisés sur sa poitrine, attendant peut-être l'autorisation officielle pour pouvoir partir, comme si elle n'en avait rien à faire. Eden croisa alors son regard, s'excusant poliment. « Désolée du retard. Je ne savais pas que je devais venir chercher Penny ici, je l’attendais chez son père ! » Albane arqua un sourcil d'un air un peu méprisant, comme elle savait si bien le faire. « Ecoutez c'est pas mes affaires, vos problèmes de couples, mais démerdez-vous pour vous mettre d'accord, j'ai pas que ça à faire moi! » Elle n'avait rien de mieux à faire, à vrai dire. Partir avec des amis boire en cachette? Aller embêter Raphaël rien que pour le plaisir de s'engueuler avec quelqu'un? Non en fait, la seule chose qu'elle aurait vraiment apprécié faire, à part s'occuper de Penny, c'était passer la journée avec Aléa. Mais la gamine était partie en week-end à la montagne avec ses vieux. C'était bien un truc de riche, ça, les week-end à la montagne... résultat, Albane n'avait envie de voir personne d'autre. Sa soeur aussi, était occupée; alors elle voulait voir Penny. Parce que ces trois personnes étaient bien les plus importantes à ses yeux, celle qu'elle appréciait le plus. Et pourtant, Albane n'appréciait pas grand monde.

À commencer par Eden. Non pas qu'elle lui ait fait quoi que ce soit de mal -au contraire, elle était toujours très agréable avec elle- mais son mari était du genre collant. Pourquoi s'était-il mis en tête d'aider l'adolescente? Elle n'avait besoin de personne. Enfin en tout cas, elle adorait s'en persuader. Depuis, elle s'était appliquée à ce que madame Rowling ne l'apprécie pas non plus, comme si ç'aurait été une tare, un problème de force majeur qu'une personne de plus puisse prétendre la connaître. C'était donc le plus naturellement du monde qu'elle renfilait son costume de peste de renom sitôt qu'Eden réapparaissait dans les parages, malgré la tendresse préalable avec laquelle elle s'occupait de sa fille. Et si tout le monde en aurait cherché une reconnaissance, Albane, elle, s'appliquait à ce que ça ne se sache pas. C'était trop dangereux, de faire savoir qu'on était aussi faible que tous les autres être humains, que comme eux on avait des sentiments. Proust avait écrit, un jour, que la vie eut été supportable si nous n'avions été pourvus que de membres comme les bras et les jambes. Et d'ajouter que, malheureusement, nous avions été dotés de cet organe qu'on appelle coeur. La pompe aortique, dans sa fonction première, n'avait rien de difficile à gérer pour l'organisme -elle faisait même plutôt du bon travail, avouons-le, il aurait été problématique de vivre sans elle... Seulement le coeur représentait, pour une raison encore obscure aux yeux bruns d'Albane, le siège même des sentiments humains, de la pitié, de l'amour, l'empathie, la joie et la tristesse, la compassion et l'amitié, la haine et le désir. De fait, chacun devait s'accoutumer de ces dérangeantes humeurs incontrôlables; Albane espérait peut-être s'en débarrasser en prétendant qu'elle n'avait pas de coeur. Proust avait raison. ça aurait été plus simple de ne jamais avoir envie de pleurer, ne jamais se sentir si vulnérable qu'on eut pu souffrir du simple fait qu'une personne était en week-end à la montagne, qu'une autre s'était écorchée le genou... chaque personne que l'on aime est une personne qu'on autorise à nous blesser, en ce sens qu'on prend le risque de la perdre. « Vous savez quand est-ce que je devrai la garder à nouveau? Qu'on me prévienne à l'avance, cette fois, ça serait sympa. » gardant toujours cet air supérieur excécrable, Albane regardait son interlocutrice droit dans les yeux, dans une forme de provocation dont elle se plaisait à penser qu'elle avait le contrôle. En réalité, elle ne contrôlait rien, sa vie ne ressemblait à rien, elle ne savait pas où elle allait, doutait d'où elle venait, et se retrouvait perdue dans un entre deux au point d'en avoir perdu l'appétit. Les gens devaient avoir pour habitude, ces derniers temps, d'être agréables avec Eden, de lui faire savoir qu'ils étaient là pour elle, parce que ce qu'elle vivait était affreux, monstrueux. Albane le savait, mais elle refusait d'être plus gentille avec elle pour autant, et ce pour deux potentiels raisons, dont elle ne savait dire la quelle prédominait. D'abord par fierté. Parce qu'elle ne voulait pas rendre la vie facile à qui que ce soit pour des bons sentiments, de la compassion ou quoi que ce soit. C'était répugnant. La vie est injuste, c'est comme ça, chacun pour sa pomme. Et puis une autre hypothèse se refusait à son esprit: elle respectait trop la jeune mère pour ça. Elle-même détestait être prise en pitié, se sentir faible, alors narcissiquement elle avait érigé ce trait de caractère parfois déplaisant en loi universelle, songeant de fait que c'était aussi le cas d'Eden. Alors elle la respecterait, ne lui infligerait pas ce regard de cocker pseudo empathique à vous en donner la gerbe. « Ouais, pour son "bobo", j'espère que ça va, y'avait tellement de trucs dans votre trousse à pharmacie... Sérieusement, y avait trois types de pansements! Bref, j'en ai pris un au pif, et le désinfectant qui était supposé ne pas piquer, j'espère que je vous l'ai pas cassée... » elle parlait de Penny, comme si utiliser le mauvais produit aurait pu lui causer plus de tort que ce qui était en réalité possible. Elle n'était pas certaine de la raison pour laquelle elle tenait à savoir si elle avait bien fait les choses... peut-être pour couvrir son geste attentionné d'un nouvel égoïsme méprisant, en attaquant à nouveau la jeune mère sur son côté sur-portecteur. Parce que oui, c'était Albane ou elle. Et Everdeen se refusait à paraître la nounou parfaite; à Eden d'endosser le rôle de la mère trop protectrice.


[oh lalaaaaaaaaaa je suis désolée je savais que j'étais à la bourre, mais je pensais pas que c'était si catastrophique han scary pardon ma chérie, je serai plus rapide la prochaine fois ♥️]

_________________
« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_m9r3excdlu1rv8fmi

redheart:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Anonymous


« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Empty
MessageSujet: Re: « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE   « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE EmptyVen 12 Avr - 20:04

« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_m6qz5hQRsf1qbxb03

Arrivant dans le parc, il avait fallu qu’elle aperçoive sa fille pour se rendre compte à quel point cette dernière était comme un magnifique remède pour elle. En effet, cela faisait un moment qu’Eden n’avait pas souri et à cet instant précis, c’est ce qu’elle venait de faire envoyant son petit ange. Il suffisait qu’elle l’aperçoive une seule seconde pour qu’elle revive enfin. Oui, toute personne externe à sa situation ne pouvait savoir ce que ça faisait, mais Penny était l’une des dernières personnes qui lui restait et sans elle, elle n’était plus la Eden que tout le monde a connu après les épreuves difficile dont elle a dû faire face. Mais le fait qu’elle était complètement concentrée sur sa fille ne l’avait pas empêché d’apercevoir le moment de tendresse qu’avait eu Albane avec sa fille. Une première il faut bien l’avouer ! Oui, jamais oh grand jamais elle n’avait vu la jeune femme comme ça avec sa fille d’habitude c’était plutôt tout le contraire. Eden avait étonné lorsque sa fille lui disait à quel point elle avait une super nounou, comme quoi jusqu’à aujourd’hui elle n’avait vu la même jeune femme que Penny avait vu. Mais très vite, le petit démon qu’elle avait l’habitude de voir fit apparition avec son : « Ecoutez c'est pas mes affaires, vos problèmes de couples, mais démerdez-vous pour vous mettre d'accord, j'ai pas que ça à faire moi! » Eden qui était particulièrement calme comparé à ce qu’elle pouvait être habituellement, ne dit rien. Avec son caractère de m*rde de ces derniers jours l’aurait sans doute rendu folle en l’entendant son ton mais non. « En même temps tu ne m’as toujours pas donné ton numéro ! » C’était comme si Albane ne voulait pas qu’Eden l’appelle au dernier moment puisqu’à chaque fois qu’elle lui avait demandé, elles avaient changé de sujet et au final son numéro elle l’avait toujours pas. Mais bon, elle n’allait pas s’énerver pour ça, au fond elle l’aimait bien. Même si Albane pouvait être détestable sur de nombreux points selon Eden, il fut dire que la jeune nounou de sa fille n’était pas des plus tendre avec elle et n’avait jamais eu un seul mot de sympathie à son égard et ce, depuis qu’elle l’avait rencontré, quand son cher mari l’avait ramené à la maison pour s’occuper de leur fille, alors qu’il ne la connaissait même pas. Caleb était trop protecteur, c’était ce qui avait fait son charme à leur rencontre, ça et aussi son physique avantageux il faut bien l’admettre. Lorsqu’il lui avait dit qu’il lui avait demandé de garder Penny, elle lui en avait voulu d’être trop gentil, de faire passer cette qualité une nouvelle fois avant tout. En effet, Eden avait refusait, refusait de laisser sa fille seule en compagnie d’une inconnue, de plus une gamine. Cette gamine qui semblait même pas être heureuse de faire ce job pour lequel elle était assez bien payée. Mais Caleb avait su la faire changer d’avis, non pas qu’Albane était la meilleure nounou que pouvait avoir leur fille, mais au moins, elle acceptait de les laisser seules toute les deux au moins quelques heures, ce qui était de plus en plus souvent ces derniers temps. Oui, c’était le comble, encore aujourd’hui, Eden confiait sa princesse à Albane alors qu’elle aurait très bien pu lui trouver une seconde nounou, qui s’occuperait de Penny lorsque celle-ci était chez la blonde. Albane aurait très bien pu s’occuper de la petite lorsqu’elle était sous la responsabilité de son père. Mais non, elle l’avait gardé. Il fallait être honnête, elle ne savait pas comment, mais sa fille était heureuse après avoir passé des heures avec Albane et avait un énorme sourire lorsqu’elle rentrait de ces moments. Albane rendait heureuse Penny et c’était le plus important dans le fond… surtout que ce n’était pas Eden qui la rendait comme ça ces derniers temps. Peut-être même que cette gamine s’occupait mieux de Penny qu’elle qui sait ! Bref, elle avait beau ne pas lui faire totalement confiance, de la traiter de sale gamine lorsqu’elle voyait son comportement et son coté hautain, dans le fond, elle l’aimait bien. Oui, parce qu’elle au moins, elle la respectait assez pour ne pas se forcer à être gentille avec elle, ce que tout le monde faisait depuis la mort de sa seconde fille, tout le monde l’était, même les personnes avec qui elle avait été en froid avant ça, enfin peut-être pas tout le monde non plus, mais en général tout le monde était devenu gentil avec elle. Et ça, Eden ne le supportait plus. Ces excès de gentille lui donnait la gerbe, elle en avait plus que marre que tout le monde soit gentil, elle voulait qu’ils soient normal ou au contraire qu’ils soient exécrables avec eux. Et les seules personnes qui lui parlaient mal, c’était son ex et elle alors autant dire qu’elle n’allait pas se plaindre. Albane pouvait même l’insulter de toutes les insultes possibles, elle s’en fichait, elle en serait même satisfaite. Trop de gentillesse, tue la gentillesse et ça, elle s’en était vraiment aperçue ces dernières semaines. « Vous savez quand est-ce que je devrai la garder à nouveau? Qu'on me prévienne à l'avance, cette fois, ça serait sympa. » Elle avait l’habite de ce ton, ton qu’Albane employait à la perfection depuis toujours, du moins depuis qu’elle la connaissait. C’était peut-être la seule chose qu’elle savait, qu’elle envoyait bouler tout le monde et c’est tout, à si elle connaissait sa sœur mais pas plus. Oui, elle ne connaissait rien de la jeune femme, c’était donc curieux qu’elle lui laisse sa fille et n’avait pas tout à fait confiance. « J’en sais rien, faudra voir avec Mr Rowling, cette semaine Penny est chez moi alors tu auras ta semaine de libre » Tout ça pour dire qu’elle n’allait pas avoir besoin d’elle et qu’elle n’allait pas la faire venir au dernier moment comme l’avait sans doute fait son ex vu sa réflexion, ou alors celle-ci était mal placé pour dire ça. Alors que Penny était allé s’amuser avec des autres enfants, Eden gardait un œil constant sur elle alors qu’Albane lui dit de sa voix habituelle : « Ouais, pour son "bobo", j'espère que ça va, y'avait tellement de trucs dans votre trousse à pharmacie... Sérieusement, y avait trois types de pansements! Bref, j'en ai pris un au pif, et le désinfectant qui était supposé ne pas piquer, j'espère que je vous l'ai pas cassée... » Albane lui faisait donc comprendre qu’elle était trop protectrice avec tout ce qu’ils avaient lit, son ex et elle pour Penny au cas où. Déjà qu’à la base elle était une vraie maman poule, imaginez la lorsqu’elle a perdu son autre enfant, autant dire qu’elle limitait chaque risque que sa fille pouvait avoir et on ne pouvait pas lui en vouloir pour si peu. « Ça a l’air d’aller. Et puis ce n’était pas grand-chose ! » Personne n’avait besoin d’un bac + 5 pour voir que ce que sa fille s’était fait n’était pas bien grave et que le pansement était surtout là pour la rassurer. Mais bon si elle avait été là, c’est sans doute Eden qui se serait affolé toute seule, le simple fait de la voir mal la rendait encore plus mal. En tout cas, l’image de la jeune femme aux petits soins de sa fille lui revint en tête. Cela lui avait fait bizarre et lui faisait encore bizarre. Autant dire qu’elle se posait des questions et pas qu’un peu. « On va rester au parc encore quelque temps donc si tu veux, tu peux rester ! » C’était peut-être une espèce de test, pour voir ce qu’elle allait faire, la jeune femme qui s’en fout complètement ou non…
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Albane G. Everdeen


Feuille de personnage
► AGE: 18 ans
► RELATIONSHIPS:
Albane G. Everdeen
Administratrice

http://snowflake-lane.forumactif.com/t142-albane-ginny-il-faut-encore-avoir-du-chaos-en-soi-pour-enfanter-une-etoile-qui-danse https://snowflake-lane.forumsrpg.com/t133-albane-ginny-la-plupar
Ginny Albane ◗ CELEBRITE : Sarah Hyland ♥
◗ CREDITS : © myrtille.
◗ ÂGE : 25
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : Lycéenne
◗ ADRESSE : 23 snowflake lane
◗ MESSAGES : 1140
◗ POINTS : 3405
◗ CURRENTLY : (+) samara (+) lane (+) matthew
« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_inline_mihg14JVZj1qz4rgp

« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Empty
MessageSujet: Re: « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE   « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE EmptyMar 23 Avr - 18:55

« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_md0y1chCLr1qeysf2o1_500

Parfois, Albane se demandait comment ça se faisait que Eden accepte qu'elle reste la nourrice de Penny. Elle avait cru comprendre que monsieur Rowling s'y attachait plus particulièrement, pour une raison obscure, comme s'il l'avait prise sous son aile, ou quelque chose comme ça... par contre, pour Eden, c'était moins compréhensible. Elle y avait quelque fois réfléchi... hypothèse numéro une, elle était tellement désespérée qu'elle acceptait tout ce que disait son mari sans lever le petit doigt, peut-être dans l'espoir de le récupérer. Everdeen avait toutefois laisser tomber cette possibilité, songeant que Eden n'était pas stupide au point de mettre en danger -si elle pensait que la brunette en était un- sa propre fille pour faire plaisir à son plus ou moins ex mari. Alors il y avait une autre hypothèse, celle que Penny lui raconte des jolies choses sur Albane. La petite puce était loin des mensonges socialement douteux des adultes -et des moins adultes, type Albane-, et donc il semblait logique que, une fois de retour à la maison, elle raconte à sa mère combien elle adorait manger des glaces à la fraise en riant avec sa nounou... elle qui ne riait jamais devant ses parents, sauf d'un air dédaigneux voué à souligner l'ironie du monde. Et puis, l'enfant devait être assez perturbée comme ça pour changer ses habitudes et la confier à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas. Si c'était bien pour ces raisons que Eden-Pearl s'attachait à ce que la brunette garde sa fille, elle avait certainement raison. En tout cas, Albane n'allait pas s'en plaindre. Enfin si, justement, elle s'en plaindrait, mais ce ne serait pas la vérité.

Ainsi, quand la jeune mère réapparut, l'adolescente ne tarda pas à lancer ses remarques acerbes. Heureusement, Eden avait la sagesse de ne pas renchérir, aussi tentant eusse été. C'était probablement ça, un adulte, quelqu'un de capable de se calmer sans envenimer la situation. Quand elle suggéra que Albane ne lui avait pas donné son numéro, la jeune femme plissa les yeux, comme pour essayer de s'en rappeler. Effectivement, elle n'avait pas le souvenir de lui avoir communiqué. Elle avait même le sentiment d'avoir un peu éviter de ne le faire, à vrai dire, mais ne le souligna pas. Comme pour éviter qu'elle ne l'appelle. Elle haussa une épaule. Après tout, Rowling n'allait pas l'appeler toutes les deux minutes, juste pour la prévenir qu'elle aurait du retard. ça pouvait être utile, finalement. « Ah ouais... votre euh... euh... mari? hésita-t-elle en grimaçant légèrement, d'un air nonchalant, ne sachant pas vraiment comme elle devait l'appeler. Enfin le père de Penny m'avait filé le vôtre, je vous envoie un texto, comme ça vous aurez le miens. » Annonça-t-elle en sortant son portable de sa poche, tapotant son prénom sur le clavier avant de ne l'envoyer au numéro indiqué. « Voilà. » conclut-elle en rangeant son appareil. Finalement, elle lui faisait confiance. Au moins un peu.

La brunette tenta ensuite de savoir si elle devrait garder Penny incessamment sous peu. Apparemment pas; elle aurait sa semaine de "libre". Albane acquiesça en baissant le regard, l'air étonnement grave... déçue, presque. Elle tenta de faire passer cette mine triste pour de la désinvolture, comme si elle prenait une note mentale de l'information sans que ça ne lui fasse ni chaud ni froid. « Chouette. » ajouta-t-elle même pour gagner en crédibilité. Penny, elle, était retournée jouer avec d'autres enfants, sous l'oeil assez protecteur de sa mère, devant lequel Albane jugea bon de lui expliquer ce qu'elle avait fait concernant sa légère chute. Elle s'empressa de glisser dans un sous entendu qu'elle était consternée de leur côté protecteur. Pourtant au fond, elle comprenait; elle-même était attachée à Penny et n'aurait pas voulu qu'il lui arrive du mal, alors ses parents, et des parents qui avaient perdu leur deuxième enfant, qui plus est... mais voilà, l'empathie n'était pas une de ses activités favorites. Elle avait déjà assez à faire avec ses propres problèmes. « On va rester au parc encore quelque temps donc si tu veux, tu peux rester ! » Albane prit sa respiration, s'apprêtant à répliquer, mais elle se retint, hésitante. Euh. Elle était censée répondre quoi là? « Pourquoi j'voudrais rester? » demanda-t-elle sèchement. touchée. Elle allait devoir partir, même si elle n'en avait pas envie. Si ça se trouve, Eden avait vu Penny dans ses bras? Chassant ces pensées de son esprit, Albane pensait s'éclipser plus ou moins poliment, mais Penny courut vers les deux jeunes femmes. « EH, maman et babane, vous avez vu, je suis descendue du toboggan toute seule! » Babane. Albane l'avait autorisée à l'appeler comme ça, mais SEULEMENT s'il n'y avait personne autour. « M'appelle pas comme ça, puce. » Dit-elle un tantinet autoritairement, mais un sourire aux lèvres. Elle était incapable d'être méchante avec elle comme elle l'était avec la plupart des autres personnes. Elle ne voulait pas lui faire de mal, elle ne voulait pas que l'enfant lui en veuille, elle était trop petite pour comprendre son espèce de dédoublement de personnalité. « Je vais devoir rentrer de toute façon. » Mais la petite fille attrapa son bras. « Oh non, reste! S'il-te-plaiiit, c'est jamais que je suis avec maman et toi en même temps! » et son petit regard... elle ne pouvait pas le lui refuser. En même temps elle en avait envie. En fait, Elle lui fournissait juste une excuse officielle auprès de sa mère; elle était arrivée juste à temps. « Bon ok, ok, je préviens juste ma soeur que je rentrerai plus tard... Tu peux retourner au toboggan, on te regarde cette fois! » Albane reprit son portable, écrivit son texto à toute allure. Ne daignant pas lever les yeux de l'écran, elle leva les yeux au ciel d'un air exaspéré. Penny courait déjà à nouveau vers les jeux, et sa mère avait été témoin d'un surplus de gentillesse. C'est pourquoi son ton était plus excédé qu'au préalable. « Ah les gosses. » Elle reporta ensuite son regard sur l'enfant, levant les pouces en signe d'encouragement en la voyant descendre le toboggan, évitant de croiser le regard d'Eden, de peur de n'avoir à se justifier de quoi que ce soit.


_________________
« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_m9r3excdlu1rv8fmi

redheart:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Anonymous


« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Empty
MessageSujet: Re: « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE   « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE EmptyJeu 20 Juin - 19:39

« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Tumblr_m6qz5hQRsf1qbxb03


Eden n’avait pas vraiment confiance en Albane pour s’occuper de sa file mais elle s’était finalement habituée à e qu’elle garde Penny assez régulièrement. Ce n’était pas sur le fait qu’elle était jeune et qu’elle était encore au lycée qui faisait qu’elle n’avait pas confiance en elle mais seulement car pour garder sa fille, elle n’avait confiance en personne mis à part sur Caleb, Kyle, Cléa et  aux grands parents de Penny, même pas à son père puisque son ère, elle le savait, n’était pas complétement guéri même si elle-même était un peu comme lui aujourd’hui. En tout cas, elle avait continué à l’accepté comme nounou de sa petite princesse et à force, cela montrait qu’elle savait que la jeune fille s’occupait quand même bien d’elle et que sa fille ne courait pas un danger à chaque fois qu’elles étaient seulement toute les deux. Mais bon, cela ne l’empêchait quand même pas de rentrer le plus vite possible lorsqu’elle savait qu’elles étaient toute les deux. Parlant de numéro de téléphone, Albane lui dit calmement : « Ah ouais... votre euh... euh... mari ? Enfin le père de Penny m'avait filé le vôtre, je vous envoie un texto, comme ça vous aurez le miens. Voilà. » La remerciant alors simplement en entendant justement son portable sonner dans son sac pour dire qu’elle avait un texto et donc, celui qu’elle venait de lui envoyer. Au moins, désormais elle n’aurait plus à passer par Caleb, c’était un très bon point. En tout cas, quant au fait que la jeune fille ne savait pas comment nommer Caleb ne l’étonnait pas, même elle ne savait pas comment le faire alors si Albane aurait su, ça aurait été bizarre. Même si l’appeler en tant que père de Penny était sans doute la meilleure idée.

Alors qu’Eden voulait tester la jeune fille afin de comprendre si elle avait raison sur le fait qu’Albane jouait un double jeu avec les parents de la petite, elle lui dit qu’elle pouvait rester mais visiblement, la nounou de sa fille allait se braquer, encore une fois. « Pourquoi j'voudrais rester ? » Peut-être qu’elle lui parlait sèchement mais ce n’est pas pour autant qu’elle allait s’énerver. Eden avait des raisons de s’énerver contre tout le monde et c’est d’ailleurs ce qu’elle faisait la plupart du temps : s’énerver plutôt que de prendre le temps de discuter calmement. Depuis quelques temps, elle avait plus l’habitude d’envoyer boulet tout le monde mise à part sa fille ou encore son frère. Seulement là, avec cette gamine qu’elle avait vue douce avec sa fille et qui pourtant, s’efforçait de paraitre une peste qui ne garde sa fille que par obligation, elle ne voulait pas s’énerver. De toute façon, elle savait très bien qu’Albane avait deux visages, celui devant elle et celui devant Penny. Eden-Pearl le savait parfaitement puisqu’elle venait d’apercevoir le second qu’elle n’avait jamais vu. C’est donc pour cette raison qu’elle allait lui répondre par un simple ‘parce que tu aimes ma fille ça se voit, ne me la fait pas à voix, j’ai très bien comprit ton petit manège’, sa fille était revenue vers elles : « EH, maman et babane, vous avez vu, je suis descendue du toboggan toute seule ! » Et c’est ainsi qu’elle comprit qu’elle avait encore plus raison que ce qu’elle pensait. Sa fille lui donnait un surnom et la jeune fille semblait vouloir lui faire comprendre qu’en face de sa mère, elle ne devait pas le faire. Intérieurement, la blonde sourit, elle avait raison, elle en était persuadé et il fallait qu’elle lui en parle, qu’elle lui dise qu’elle était au courant même si l’adolescente risquait de se braquer encore plus, ça c’était certain. « Non on n’a pas vu ma chérie mais maintenant je te regarde, promis ! » elle lui avait dit cela avec un sourire alors que Penny était en train d’essayer de ‘négocier’ avec sa nounou qu’elle semblait adorer pour qu’elle reste avec elles. Regardant la scène, elle vit sa fille réussir son coup puisqu’elle accepta et c’est ainsi que sa fille repartit et cette fois, les deux femmes la regardaient alors que la fillette semblait très heureuse d’être regardé alors qu’elle s’amusait, montrant qu’elle était encore plus grande que d’habitude. « Ah les gosses. » Eden leva alors les yeux au ciel, se disait que sa carapace avait été brisé, cela ne servait à rien de continuer dans ce sens avec elle, c’était loupé. C’est pourquoi, regardant toujours sa fille, ne la quittant pas une seule seconde du regard, elle dit simplement calmement « Albane, tu peux arrêter devant moi tu sais ! » Elle savait que la jeune femme devait ne pas avoir compris là où elle voulait en venir ou plutôt, faisait semblant de ne pas comprendre. « Je t’ai vu avec ma fille dans les bras quand je suis arrivé, je sais que ma fille t’adore et ce ne serait pas le cas si tu étais une baby-sitter par obligation seulement et puis, vu comment tu lui parles, tu ne peux pas être celle que tu laisses percevoir à tout le monde. » Eden marqua une pause pour sourire à sa fille puis elle tourna la tête vers Albane quelques minutes pour poursuivre. « Tu peux continuer autant que tu veux, je sais aujourd’hui que tu n’es pas la peste que tu veux montrer à tout le monde et tu aimes trainer avec ma fille sinon tu aurais trouvé une excuse pour partir et tu ne serais pas là. On le sait très bien toutes les deux » Aujourd’hui, Albane pouvait continuer comme avant, Eden n’était plus dupe. Mais bon, si elle voulait se trouver une excuse et continuer à cela, c’était son problème. En tout cas Eden était heureuse de la savoir car elle comprenait désormais pourquoi sa fille aimait passer du temps avec elle car lorsqu’elle pensait que la jeune fille était froide avec sa princesse, elle ne comprenait pas. Maintenant elle savait et été un peu plus sereine quant au fait de les laisser seule toutes les deux, plus que lorsqu’elle pensait qu’Albane n’aimait pas cela et faisait n’importe quoi avec Penny.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Empty
MessageSujet: Re: « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE   « hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

« hello sunshine, come into my life. » || EDEN & ALBANE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Life in UCLA
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Mickaël Eden
» Little Miss Sunshine ~ Ana & Chris
» Prime Of Life ←

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOWFLAKE LANE :: WE LOVE TO FLOOD :: the archives :: Les RPs & formsprings-