AccueilRechercherS'enregistrerConnexion


 

Partagez
 

 Famille McCoco | Repas dominical...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Anonymous


Famille McCoco | Repas dominical...  Empty
MessageSujet: Famille McCoco | Repas dominical...    Famille McCoco | Repas dominical...  EmptyLun 27 Jan - 1:20



   

   

Même les méchants viennent à nous manquer...

   
when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.


   La maison était encore silencieuse ce midi. Amber avait dormi chez une de ses copines, Aaron lui avait dû rentrer tard et Bryan avait passé sa soirée à réviser ses cours jusqu'à l'aube. Nous avions prévu ce repas depuis une petite semaine, mais visiblement la ponctualité et la mémoire n'étaient pas notre point fort chez les McCauley. Je fonçai prendre ma douche, dans l'espoir que l'agitation en réveillerait certains. Une fois habillé, je me dirigeai en direction du salon et une fois de plus personne. J'attrapai mon téléphone et envoyai un texto à ces trois loques qui me servaient officiellement de frères et sœur. " Debout, les gros... Le repas familial ne va pas se préparer tout seul et ne compter pas sur mes talents de cuisinier pour vous préparer à manger ! Je vous attends dans le salon ET VITE !!! " En attendant qu'il daigne se réveiller et venir me rejoindre, je me décidais à ranger les affaires de chacun qui traînaient à droite à gauche. J'ouvris le frigo à la recherche de ce que nous pourrions préparer, à mon grand désespoir hormis des bières, de la sauce et quelques yaourts, le frigo était vide.

Amber, notre petite femme à nous, s'essayait parfois à la cuisine, mais ces fois-là étaient tellement rares que notre estomac en eût oublié le goût. La présence d'une femme manquait cruellement. Oui, le bordel omniprésent ne pouvait qu'approuver mon constat. C'était quand nous organisions nos fameux repas dominicaux que je le réalisais surtout. L'odeur de la bonne cuisine qui me réveillait autrefois, quand notre mère nous préparait ses spécialités me manquait. À présent, régnait les sacs en papiers des différents fast-foods du coin et des poubelles entières de petit plat à mettre dans le micro-onde. À vrai dire, ma mère me manquait pour tout un tas de trucs, mais je me refusais de l'admettre pour ne pas sombrer un peu plus...

Le silence de mes frères et de ma sœur sur leur disparition me surprenait toujours. Moi le grand bavard, j'aurais voulu leur en parler. Leur dire que la cuisine de ma mère me manquait le dimanche et que chaque fois que je me levais, que la maison était vide, elle me rappelait un peu plus son absence, mais je préférais me taire. En réalité, ma mère me manquait tous les jours, dans sa façon de me secouer les cheveux et de m'embrasser le crâne en me disant qu'elle est fière de moi, quand elle me regardait consterner sans bouger et alors je comprenais que je devais arrêter très vite ce que je faisais si je ne voulais pas me recevoir une de ses pantoufles en pleine tête. Avachis sur le canapé seul, je rigolais en repensant à ces souvenirs qui me paraissait si lointain maintenant... La disparition de nos parents était devenue comme un sujet tabou à la maison, sûrement un peu vis-à-vis d'Amber. C'était elle qui avait vécu ce drame en direct, en étant présente au moment des faits. Aucun de nous n'avait osé reparler de cette nuit-là depuis notre arrivée à Winnipeg ou pas en ma présence en tout cas. Je m'étais éloigné d'eux, je le sentais... Entre notre nouvelle vie a quatre, ma rupture avec Jona, tout avait été prétexte pour moi pour m'éloigner d'eux et boire pour oublier cette vie qui me faisait peur même si au grand jamais, je ne leur aurais avoué cette faille. Aaron et moi, on se devait d'être fort et imperturbable pour Bryan et Amber. J'avais plutôt échoué dans ce rôle, même si aucun des trois ne me l'avait reproché, je le savais dans leur façon à chacun de me le dire. Amber, elle, venait toujours me couvrir lorsque je m'endormais sur le canapé trop soûl pour atteindre mon lit. Bryan, lui, je l'avais surpris à m'éviter dans les rues de Pearl Trees quant à Aaron, mes soirées n'étaient plus les siennes depuis un petit moment maintenant. L'alcool avait coulé un peu trop à flot pour eux... Comment leur dire qu'en buvant, je fuyais ce présent qui ne me convenait pas et recherchait un peu la présence de mon père et de ses souvenirs. Si nos défunts parents étaient un sujet tabou, mon père lui l'était encore plus... Ce n'était pas quelqu'un de bien, enfin, il l'était à sa façon, mais nous avions tous des relations conflictuelles avec lui, moi le premier. Mon père était mon père et il me manquait quoi qu'il est fait, même si ça me faisait mal de me l'avouer. J'avais même entendu le jour de leur enterrement, une vieille tante à nous dire à une autre : " C'est peut-être ce qui pouvait leur arriver de mieux à ses pauvres gamins... " Comment pouvait-on souhaiter à des enfants d'être orphelins ? Je n'avais jamais vraiment compris ce qu'elle avait voulu dire par là, mais bon...

J'entendis les escaliers craquer, visiblement l'un des trois avait reçu mon texto et allait enfin pouvoir m'aider à préparer le repas.

   
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Bryan R. McCauley

Bryan R. McCauley

http://snowflake-lane.forumactif.com/t938-bryan-when-the-light-comes-through-darkness https://snowflake-lane.forumsrpg.com/t931-bryan-when-the-light-c
Famille McCoco | Repas dominical...  Tumblr_mp2cr7I9pL1qk2n9zo2_250 ◗ CELEBRITE : Daniel Sharman
◗ CREDITS : Avatar: ©lokiddles ; Signa: ©wild heart
◗ ÂGE : 28
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : étudiant en biologie
◗ ADRESSE : 98 Snowflake Lane, welcome to McCauley's
◗ MESSAGES : 193
◗ POINTS : 1205
◗ CURRENTLY : Aaron || Let's pretend everything's fine
Zola || What's going on
Intrigue du 31 au supermarché
Jona || I miss you
McCauley's ♥️ || Repas dominical...
0/3 dispo

Famille McCoco | Repas dominical...  Empty
MessageSujet: Re: Famille McCoco | Repas dominical...    Famille McCoco | Repas dominical...  EmptyMar 28 Jan - 0:01



McCauley Family ♥



« Family : where life begins & Love never ends »


Passer sa soirée, voire carrément les trois quarts de sa nuit à réviser pour cet examen de biochimie le lundi matin de bonne heure, Bryan a fini par sombrer dans les bras de Morphée, entouré de ses livres de cours, de ses notes et même pas déshabillé, qu'au petit matin. Il n’est donc pas très étonnant de le voir encore endormi à près de midi en ce dimanche, alors qu’un repas de famille est prévu entre les quatre membres restant des McCauley, prévu depuis au moins une bonne semaine. À vrai dire, il ne dort que depuis quatre ou peut-être cinq petites heures, quand son portable se met à faire résonner dans sa chambre la vive mélodie de la chanson qu’il a choisie comme sonnerie de message. Mais étrangement, ce sont les vibrations du téléphone sur la surface en bois de sa table de chevet qui le tire en sursaut de son sommeil. Le benjamin mâle de la famille, encore à moitié endormi, attrape son portable en tâtonnant à l’aveugle sur la table de chevet, y lit sur l’écran tactile le nom de Sean, grogne de mécontentement, sans même prendre la peine de lire le message. « Fais chier... je veux dormir. » Et il balance son téléphone par terre, non loin de son lit. Finalement réveillé, et pris de remords, il se décide à aller lire tout de même le message. En descendant du lit, il tape avec son pied dans la tasse de café à moitié remplie, qu’il n’a pas eu le temps de boire, s’étant endormi avant de la finir, et en renverse le contenu sur le sol de sa chambre. Bryan peste. « Décidément... Je ne la sens pas cette journée. » Il se baisse, ramasse son téléphone et lit le message et soupire.

Avant de descendre, le jeune homme décide de passer rapidement à la salle de bain se doucher et se changer, histoire de ne laisser aucune chance à ses frangins de lui lancer des piques, il sait à quel point ils aiment le chambrer pour à peu près tout et n’importe quelles raisons et il ne compte pas leur facilité la tâche, et de toute façon, Bryan ne supporte pas d’être sale. Cela a toujours été et il est capable de prendre plusieurs douches dans une même journée. En se préparant, il se regarde dans le miroir, sa peau pâle, ses cernes, parfois il se fait peur. Pour le moment, il peut encore prétexter que c’est juste le manque de sommeil, comme il passe beaucoup de temps à réviser et à bosser pour ses cours à l’université. Il n’a pas perdu trop de poids, en tout ce n’est pas vraiment flagrant, alors il peut encore tenter de faire bonne figure. Mais Bryan tient à ses frères et à sa sœur, et il déteste leur mentir, leur cacher la vérité, c’est pourquoi il n’apprécie que moyennement ces repas en famille. Il voudrait leur avouer qu’il est malade, les préparer à son absence, mais il a tellement peur du rejet, qu’il n’ose pas le leur dire. La fuite est plus facile... Et dans ce sens, on peut considérer le jeune McCauley comme étant un lâche. Se cacher, au lieu de faire face. Supporter seul, le poids de ce que sa maladie incombe, quand il a autour de lui une fratrie qui, probablement, le soutiendrait plus qu’elle ne le rejetterait. Il préfère ne pas prendre le risque d’essayer de savoir, de connaitre leur réaction, alors il continue de faire et d’agir comme si tout allait parfaitement bien.

Le voilà prêt, ignorant totalement si Aaron ou Amber ont déjà répondu à l’appel désespéré de Sean. Il n’a d’ailleurs pas pris la peine de répondre au message. À quoi bon ? Puisqu’il va le voir dans quelques minutes... Encore fatigué, et un peu faible, il descend les marches lentement, se tenant à la rampe et faisant craquer sous son poids, les marches le menant au rez-de-chaussée. Inspire profondément et entre dans la fosse aux lions : le salon. Soulagement, Sean est encore seul, petit moment de répit avant la grande déferlante. Ce que Bryan redoute le plus n’est ni Sean, ni Aaron, ni même Amber, mais l’association de ses deux frères, qui aiment se liguer contre lui, voir l’association des trois pour tenter de le dérider un peu. « Salut frangin ! T’es bien matinal toi pour un weekend. T’y tenais tant que ça à ce repas ? » Le fixe un instant, et fait quelques pas en direction de la cuisine pour aller se chercher un verre de jus de fruits. « Sans ton message, je serais probablement encore en train de dormir, et pour une fois, ça ne m’aurait pas fait de mal de dormi plus de cinq heures d’affilée. M’enfin... ce sera pour une autre fois, je suppose. » Soupire, montrant ainsi à quel point il se trouve être motivé pour préparer ce fameux repas dominical, espérant un peu au fond de lui que les deux autres feront ce que lui n’a pas fait, c’est à dire, ignorer le message de leur frère.


©Bittersweet

_________________
⊹ Si la liberté grise, la famille rassure.
En famille on n'est jamais seul à posséder son univers, à se posséder ! En famille on est toujours là pour quelqu'un !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Anonymous


Famille McCoco | Repas dominical...  Empty
MessageSujet: Re: Famille McCoco | Repas dominical...    Famille McCoco | Repas dominical...  EmptyMar 28 Jan - 10:42


McCauley ₰ Quand je fais de la purée Mousseline...

Il y quelques semaines de cela, j’aurais été allongé telle une épave sur mon lit, entourée d’une, voire deux filles nues, incapable de refaire surface après une soirée, encore une fois, trop arrosée, la tête dans le coltard et la bouche pâteuse. Souvent, les nuits du samedi soir étaient les plus sauvages, les filles étaient déchaînées au bar et surtout prête à tout pour ne pas finir la soirée seules, ajouté au charme du barman, et elle obtenait le ticket gagnant pour le septième ciel. Oui, mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, bien que parfois, j’aurais bien envie de me mettre une bonne mine comme au bon vieux – pas si vieux que ça d’ailleurs – temps avec Sean et Harrison, je rentrais à la maison après le service et finissait la soirée au téléphone avec Parker, ma petite amie. Encore maintenant, ça me brûle les lèvres de le dire, car jamais, ô grand jamais, je n’aurais imaginé officialiser une relation de couple avec quiconque, mais il faut croire que cette demoiselle avait un talent fou en plus de son charme indéniable et de sa beauté naturelle. Alors pour changer, les premiers rayons de soleil qui chauffèrent doucement mon visage me firent ouvrir les yeux sans qu’une migraine terrible ne me mette d’une humeur massacrante, ce fut avec entrain que je sortis du lit et filai sous la douche. Depuis une bonne semaine, nous nous étions entendus avec mes frangins et Amber que ce dimanche, nous ferions le déjeuner tous ensemble, comme une vraie famille. Depuis quelques temps, nous avions clairement laissé de côté nos obligations familiales, chacun vaquant à ses occupations, mais depuis que ma petite sœur m’avait avoué à demi-mot ce que notre père lui avait fait vivre, toutes les atrocités qu’elle avait dû endurées et la souffrance qu’elle avait caché, je voyais les choses différemment. Il était clair comme de l’eau de roche que je n’avais pas été à la hauteur de mon nouveau rôle de chef de famille, je n’avais pas su décelé son mal-être, ce malaise qui la hantait, j’avais été complètement à la rue depuis des années et je m’en voulais terriblement. Plus que ça, je ne tolèrerais pas que ça se reproduise, je ne le supporterais pas. Nous n’étions plus que quatre, et quoiqu’il arrive, nous devions nous serrer les coudes, être là les uns pour les autres et nous soutenir dans nos choix, bons comme mauvais, il était grand temps que nous formions une famille à nouveau. Plus de secrets, plus de mensonges, simplement le bonheur d’être ensemble.

Alors que tout le monde dormait encore profondément, je descendis jusqu’à la cuisine, me fis cuir des œufs brouillés avec trois tranches de bacon, puis pris la direction du supermarché histoire d’avoir de quoi nous préparer un bon petit frichti un peu plus tard. Des tagliatelles fraîches, du saumon, de la crème, quelques légumes, du riz, des steaks, des sauces, il y en avait pour tous les goûts et le charriot fut rapidement bien rempli. Plus personne ne prenait le temps de cuisiner à la maison, et le frigo sonnait creux depuis bien trop longtemps, il fallait qu’on se reprenne en main, et si je ne le faisais pas, comment est-ce que je pouvais attendre de mes petits frères et sœur qu’il le fasse ? J’avais vraiment l’air d’un con à faire mes courses comme un vieux mais ça faisait aussi partie du rôle que je m’étais auto-attribué à la mort de nos parents et que je n’avais pas su tenir correctement. Si quelqu’un me voyait arpenter les rayons, il se dirait sûrement que je suis consciencieux. En vérité, je pouvais compter sur les doigts d’une main le nombre de fois où j’avais mis les pieds dans cette grande surface, et j’avais surtout beaucoup de mal à me repérer, je brassais de l’air, faisais des allers retours pour rien, un homme qui pédale dans la semoule en somme. « Allez, le bouffe, c’est fait, je vais prendre de la mousse à raser tiens… » Avançant dans le rayon, je m’arrêtai discrètement devant les préservatifs. Depuis que j’étais au régime sec de ce côté-là, Sean avait par contre prit le relai et il était temps que je réapprovisionne la salle de bain, surtout que j’espérais quand même secrètement pouvoir conclure rapidement avec ma petite brune. L’abstinence, ça va un temps, mais je m’appelais Aaron McCauley, autrement dit, j’avais des besoins ! Finalement, des rouleaux de papier toilettes, des sacs poubelles, des bouteilles de soda et quelques packs de bières plus tard, j’étais fin prêt à passer à la caisse. Au moment même où j’attrapai mon portefeuille, mon téléphone vibra dans ma poche arrière. Qui pouvait bien m’écrire un dimanche matin ? Je finis de régler avec la charmante caissière puis consultai enfin la source de ce remue-ménage dans mon pantalon (et pour une fois, ce n’était pas dû à mes hormones mais bien à un petit appareil avec une pomme croquée en guise de logo Famille McCoco | Repas dominical...  2366113050). Sean venait de se réveiller et motivait les troupes à en faire autant. Et bien, en voilà un qui était au taquet, ça me faisait plaisir ! Les deux petites crapules devaient encore ronfler, mais qu’ils attendent encore un petit quart d’heure que je rentre et c’était moi qui allais venir les réveiller avec des poêles et des casseroles. Finalement de retour au 98 Snowflake Lane, les bras chargés de provisions, j’ouvris tant bien que mal la porte d’entrée et appelai Sean à la rescousse. « Maintenant que j’ai fait les courses, tu vas pouvoir t’y mettre, t’as l’air tellement impatiemment de nous montrer tes talents ! » Pendant qu’il me débarrassait de quelques sacs, je lui envoyai une violente tape dans le dos en guise d’encouragement et aperçut Bryan, appuyé contre le frigo, son verre à la main. « Alors mon Brybry, prêt à mettre la main à la pâte ? » M’exclamai-je en lui ébouriffant les cheveux et le poussant pour qu’il me laisse le champ libre pour ranger les courses. C'était tellement rare qu'on se retrouve tous les trois que j'avais du mal à réaliser pour être honnête, mais on allait s'amuser à coups sûrs. C’était parti, manquait seulement la petite tornade blonde.
©️flawless
Revenir en haut Aller en bas
Amber J. McCauley


Feuille de personnage
► AGE: 20 ans
► RELATIONSHIPS:
Amber J. McCauley
Membre du Mois

http://snowflake-lane.forumactif.com/t1309-amber-i-want-to-write-in-the-stars https://snowflake-lane.forumsrpg.com/t1276-amber-fallen-angel-br
Famille McCoco | Repas dominical...  Tumblr_mz15ilyMNe1rtz7puo2_250 ◗ CELEBRITE : Gabriella Wilde
◗ CREDITS : © rosewins
◗ ÂGE : 26
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : Etudiante en art
◗ ADRESSE : Vous voyez la prison gardée par les trois McCauley ? C'est ma maison !
◗ MESSAGES : 62
◗ POINTS : 119
◗ CURRENTLY : McCauley the best ─ repas dominical
Sean ─ sérieux, tu me fous la honte !
Aaron ─ il va certainement m'écorcher vivante après ça !
Loki ─ cette alchimie entre nous m'effraie au plus haut point.

Famille McCoco | Repas dominical...  Sgq

Famille McCoco | Repas dominical...  Empty
MessageSujet: Re: Famille McCoco | Repas dominical...    Famille McCoco | Repas dominical...  EmptyJeu 30 Jan - 18:02


 

 


 McCauley au grand complet
 
Quand tout va bien on peut compter sur les autres,
quand tout va mal on ne peut compter que sur sa famille
Cela fait bien une dizaine de minutes qu’Amber entendait une musique, loin, très au loin. Pour le moment, elle préfère garder les yeux fermée pour tenter de dormir encore quelques minutes de plus. La soirée d’hier n’a pas été particulièrement agitée, mais les deux jeunes femmes se sont couchées très tard puisqu’elles ont passé une grande partie de la  nuit à discuter entre filles en se gavant de bonbons. Ce fut agréable mais maintenant le réveil est difficile et cette satanée musique semble ne pas vouloir s’arrêter. Amber finit par ouvrir un œil, jetant un regard rapide sur la chambre. Son amie est toujours profondément endormie, lâchant quelques petits ronflements de temps en temps. Amber ne put retenir un petit rire en voyant l’état de la chambre, il y a de la bouffe un peu partout, comme si une explosion avait eu lieu durant la nuit. En se redressant dans le lit, Amber se mit à la recherche de son téléphone avant de se rendre compte que c’était lui qui sonnait depuis tout à l’heure. Ce fut alors la panique totale, elle avait mis son réveil pour ne pas être en retard au repas de ce midi, mais c’était loupé ! Ce n’était clairement pas le moment de montrer aux garçons qu’elle n’était pas capable de respecter une heure sinon elle allait encore et toujours devoir faire ses preuves pour avoir la possibilité de sortir. Avoir vingt ans et ne pas pouvoir faire ce que l’on veut de sa vie, c’était pathétique mais Amber n’avait pas le temps d’y penser pour le moment.
Elle fila sous la douche, se prépara en une vingtaine de minutes et quitta la maison sans oser réveiller son amie. Le regard rivé sur sa montre, Amber se mit à courir à travers la ville avec l’espoir fou que ses trois frérots soient encore endormis lorsqu’elle arrive. Ce n’était pas comme s’il ne leur arrivait jamais d’hiberner toute une matinée avant de finalement sortir de leur antre en début d’après-midi trop affamés pour rester au lit.

Amber fit une entrée fracassante dans la maison des MacCauley. Si les garçons n’avaient pas été debout, ils le seraient à présent. Elle lança son sac dans l’entrée avant de se diriger vers la cuisine d’où venait des brides de conversations. Ses trois gardes du corps semblaient déjà affairés à préparer le repas, ce qui ne put que la faire sourire, voir ses frères cuisiner étaient toujours très amusant à ses yeux, et la plupart du temps, elle devait prendre le relais pour qu’ils aient tous quelque chose à manger.

« -Je suis là ! » dit Amber en s’asseyant sur une chaise de la cuisine tout en tentant de discipliner ses longs cheveux blonds après sa course effrénée. « -Alors, qu’avez-vous prévu pour ce repas ? »

Amber était ravie que toute sa petite famille soit réunie, elle appréciait se retrouver avec les siens, en sécurité. Elle avait l’espoir de se faire chouchouter par ses grands frères, mais n’y comptait pas trop, les connaissant, ce repas allait surtout être agité.

BY .TITANIUMWAY


_________________
MA CELLULE EST DANS MON CERVEAU +
Hey, slow it down ! Whataya want from me ? Just don't give up, I'm working it out please don't give in, I won't let you down It messed me up. I Need a second to breathe. And there might have been a time when I would let you step away, I wouldn't even try but I think you could save my life.
unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Anonymous


Famille McCoco | Repas dominical...  Empty
MessageSujet: Re: Famille McCoco | Repas dominical...    Famille McCoco | Repas dominical...  EmptyVen 21 Fév - 2:59



   

   

Même les méchants viennent à nous manquer...

   
when life leaves you high and dry, i'll be at your door tonight, if you need help. i'll shut down the city lights, i'll lie, cheat, i'll beg and bribe to make you well.


   Bryan, les cheveux en bataille et les marques de son oreiller encore sur le visage apparut le premier. Un petit rire sortit de ma bouche. Notre grand bosseur, toujours fidèle au poste quoi qu'il arrive. Je me mis à sourire en l'entendant commençant à râler sur ses heures de sommeil...

- Si tu profitais un peu, et que tu arrêtais d'être plongé dans tes bouquins et profitais plus comme moi, tu ne serais pas si fatiguer ce matin mon Brybry.

J'adorais taquiner mon petit frère. Notre différence d'âge n'était pas si importante, mais avec Aaron, on nous avait toujours considérés comme les deux grands qui devaient veiller sur les deux petits derniers. On formait deux duos inséparables et très fusionnels... Jusqu'au jour de l'accident à vrai dire. L'ordre des choses avait quelque peu été modifié. Amber et Aaron eux s'étaient rapprochés dû au traumatisme de leur présence au moment des faits, quand Bryan et moi, nous étions rapprochés pour notre mise de côté. On était ceux qui ne savaient pas tout, ceux qui ne pouvaient pas réellement imaginer ce qui s'était passé, n'étant pas présent au moment des faits. J'aimais mes frères et sœur d'un amour inconditionnel et cette épreuve nous avaient soudé plus que jamais, malgré le fait qu'on ne se retrouve pas autant qu'on le voudrait autour de cette fameuse table. Alors qu'on émergeait tranquillement en attendant que les deux blonds de la famille veuillent bien se réveiller, les pneus de la voiture d'Aaron crissèrent devant la maison. Finalement, il n'était pas plongé dans les bras de Morphée celui-là. Alors que je me dirigeais vers la porte, il me claqua une tape dans le dos en me jetant les sacs de course dans les bras avant même que je puisse ouvrir la bouche. Cela faisait bien longtemps qu'on ne s'était pas retrouvé que tous les trois à rire et se charrier comme avant. Avant même d'avoir le temps de pouvoir profiter de ce moment entre mecs, on vit une petite tête blonde débarquer à son tour. Sans même nous embrasser, elle s'installa sur l'un des sièges en s'appuyant sur le bar de la cuisine. Je regardai mes frères complices et me mis à crier en courant vers elle :

- Et si tu commençais par tous nous embrasser vilaine !

Je me mis à la prendre dans mes bras par derrière en collant mon nez contre sa joue. Ma sœur hurlait et riait à la fois. Ce genre de moment à rire à quatre m'avait manqué. Notre repas dominical allait nous faire le plus grand bien, il allait nous permettre de nous retrouver et nous raconter les derniers potins de nos vies respectives comme on avait l'habitude de le faire avec notre mère autrefois. J'embrassais ma sœur sur le haut de crâne en ne relâchant pas mon étreinte, j'aurais voulu que cette sensation de bonheur qui nous avait tous envahis dur plus longtemps que le temps d'un repas. Je finis par la relâcher, attrapai les assiettes et les couverts histoire de mettre la table tandis que je laissais le soin à mon adorable fratrie de faire à manger. Mes talents de cuisinier, s'étendaient seulement à mettre le sachet de pop corn dans le micro-onde ou soulever le couvercle de la boîte à pizza alors si on voulait retrouver nos saveurs d'autrefois, il ferait donc sans moi en cuisine pour cette fois.

- Faite-moi un poulet digne des McCauley... Je veux que maman soit fière de nous de là où elle est.

Ma voix s'était radoucie et brisée au moment de prononcer ces derniers mots. J'étais heureux, j'aurais voulu qu'elle voie comment ses enfants s'en sortaient sans eux. J'aurais aimé leur dire :" Pa', 'Man vous voyez on s'en sort pas si mal sans vous... Vous nous avez plutôt bien réussis, vous pouvez être fier de vos petits McCauley. " Mon regard se porta automatiquement sur le patriarche de la famille : Aaron. Il était celui qui nous avait servis de repère et de père bien avant l'accident. Il avait toujours veillé sur nous et cette manie qu'il avait de vouloir nous garder dans le droit chemin avait quelque peu fait des étincelles avec moi dernièrement. Visiblement, mon goût trop prononcé pour l'alcool et les sorties l'avait quelque peu excédé alors lui et moi avions des rapports assez conflictuels dernièrement. Je regardais mon frère, que j'avais toujours considéré en secret comme un héros, bien trop fier pour lui faire ce genre de déclaration et lui fit un clin d'œil. Je voulais lui montrer à ma façon que je ne lui en tenais pas rigueur et qu'au contraire, je le remerciais d'être ce qu'il était.

   
love.disaster


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Bryan R. McCauley

Bryan R. McCauley

http://snowflake-lane.forumactif.com/t938-bryan-when-the-light-comes-through-darkness https://snowflake-lane.forumsrpg.com/t931-bryan-when-the-light-c
Famille McCoco | Repas dominical...  Tumblr_mp2cr7I9pL1qk2n9zo2_250 ◗ CELEBRITE : Daniel Sharman
◗ CREDITS : Avatar: ©lokiddles ; Signa: ©wild heart
◗ ÂGE : 28
◗ STATUT : Célibataire
◗ EMPLOI, ETUDES : étudiant en biologie
◗ ADRESSE : 98 Snowflake Lane, welcome to McCauley's
◗ MESSAGES : 193
◗ POINTS : 1205
◗ CURRENTLY : Aaron || Let's pretend everything's fine
Zola || What's going on
Intrigue du 31 au supermarché
Jona || I miss you
McCauley's ♥️ || Repas dominical...
0/3 dispo

Famille McCoco | Repas dominical...  Empty
MessageSujet: Re: Famille McCoco | Repas dominical...    Famille McCoco | Repas dominical...  EmptyDim 23 Fév - 13:34



McCauley Family ♥



« Family : where life begins & Love never ends »


Plutôt ronchon, Bryan se contente de hausser les épaules à la remarque de son ainé « C’est ça Sean, et louper mon année parce que j’aurais fait trop la fête. Tu sais que ce n’est pas moi. C’est toi, c’est Aaron, mais ce n’est pas moi. » Le jeune homme laisse échapper un soupire et heureusement pour lui, la discussion à ce sujet se termine là. Sauver par le gong comme on dit, Aaron fait son apparition, les bras chargés de courses. Bryan s’étonne de le voir être levé un dimanche de ci bonne heure, et pour faire les courses par-dessus le marché. Il ne s’en plaint pas, loin de là, parce qu’il faut bien l’avouer, hormis des plats congelés, ils n’ont pas grand-chose dans leur frigo, et aucun d’eux n’a pensé avant Aaron ce matin, à faire des courses en prévision de ce repas familial, prévu pourtant depuis une semaine.

Les arrivées successives de l’ainé et de la benjamine et la bonne humeur familiale que cela a engendrée ont un effet communicatif sur l’étudiant, qui aussitôt retrouve un peu de sa joie et de sa propre bonne humeur. Il s’avance donc vers la table où sont posés les sachets, en profitant sur le chemin qui sépare le frigo de la table, de faire un câlin à sa petite sœur chérie. Puis il regarde à l’intérieur des sachets, poussé par la curiosité, et relève les yeux vers leur grand-frère. « Tu me surprends Aaron, tu as même pensé à prendre des légumes. Que t’arrive-t-il donc ? » Clairement, il est de meilleure humeur que quelques minutes auparavant, et s’amuse à taquiner sur le ton de la plaisanterie, celui qui depuis la mort de leur parent, leur fait office de repère. Aaron est le ciment qui unit encore les quatre membres de la famille McCauley qu’ils sont. Autant commencer les hostilités immédiatement, et autant faire en sorte que ça vise un des autres plutôt que lui, même s’il se doute bien, qu’à un moment ou l’autre son tour viendra aussi.

Le jeune homme, tout sourire, déballe le contenu de tous les sachets, attrape le paquet de tagliatelles et le lance en direction de Sean, prenant ainsi les directives de la préparation du repas et lui donne sa consigne sur un ton des plus solennels. « Tiens, comme tu ne sais pas faire grand-chose d’autre, tu seras chargé de la cuisson des pâtes. Mission de la plus haute importance Sean, t’as pas intérêt à les louper. » Puis Bryan éclate de rire, sans réelle raison. Tout en continuant de rire, il s’adresse aux deux autres « Je m’occupe des légumes, il reste la sauce à faire et le poisson, qui prend quoi ? Amber, à toi l’honneur de choisir. » Oui, il est bien décidé à embêter Aaron, mais pas par méchanceté, jamais, juste par petite vengeance de l’avoir eu pas mal sur le dos ces derniers temps, depuis leur rencontre devant l’hôpital à vrai dire.

©Bittersweet

_________________
⊹ Si la liberté grise, la famille rassure.
En famille on n'est jamais seul à posséder son univers, à se posséder ! En famille on est toujours là pour quelqu'un !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Famille McCoco | Repas dominical...  Empty
MessageSujet: Re: Famille McCoco | Repas dominical...    Famille McCoco | Repas dominical...  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Famille McCoco | Repas dominical...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Réflexion autour d'un repas [PV]
» Eviter de se sentir ballonné après les repas
» Nuage de Givre : recherche famille du Clan de la rivière
» Shaelynn & Dillon •• Oh bordel, les joies de la famille nombreuse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOWFLAKE LANE :: WE LOVE TO FLOOD :: the archives :: Les RPs & formsprings-